Très gros programmes « verts » à Séoul et Taïwan

Print Friendly, PDF & Email

C’est un effort colossal qui pourrait bien créer un nouveau « tigre vert » en Asie: la Corée du sud a annoncé un plan impressionnant d’investissements de 85 milliards de dollars dans les cleantech sur les 5 prochaines années, soit près de 4% du PIB du pays, et espère ainsi créer 1,8 million de nouveaux emplois, a annoncé le dirigeant Lee Myung-bak, qui veut faire de la Corée du Sud le 7ème pays le plus compétitif d’ici 2020 en termes d’efficacité énergétique.

C’est plus du double de l’engagement récent de Séoul d’investir 40 milliards sur 5 ans pour mettre en place un « Green New Deal, » soit 2% du PIB du pays.

Parmi les mesures envisagées, le nouveau plan prévoit notamment pour aider au financement de lever 1,6 milliard de dollars auprès des entreprises privées. Par ailleurs la banque publique Korea Development Bank (KDB) et les fonds de pension publics vont mettre en place un fonds d’investissement de 500 milliards de wons (395 millions de dollars) au 2e semestre.

Les aides fiscales à la R&D des industriels atteindront 2,2 milliards de dollars d’ici 2013 contre 1,5 milliard cette année, notamment pour développer les LED, les batteries solaires, et les voitures hybrides. Séoul veut porter sa part du marché mondial des cleantech à 8%. En outre il lancera un fonds de 4 milliards pour aider les investissements des entreprises.

Et à Taïwan, sur les 5 prochaines années, le gouvernement compte investir l’équivalent de 1,4 milliard de dollars dans les cleantech, afin de faire de Taïwan l’un des trois leaders mondiaux des panneaux solaires et le leader mondial des diodes LED. Il veut aussi devenir un centre de production de véhicules électriques et d’assemblage des piles à hydrogène.