Rhodia met un pied dans le biogaz

Print Friendly, PDF & Email

Rhodia Energy Services, filiale du chimiste français, vient de racheter les participations  du groupe néerlandais Econcern dans six projets pilotes de production de biogaz, situés en Chine et au Vietnam. Le montant n’a pas été révélé.

Cette acquisition s’est faite en parallèle d’une autre opération  bouclée il y a quelques jours : le rachat de OneCarbon, une filiale d’Econcern spécialisée dans les crédits carbone, par Orbeo, filiale à parité de Rhodia et de la Société Générale. Le groupe d’énergies renouvelables Econcern a été déclaré en faillite le 15 juin dernier par le tribunal d’Utrecht (Pays-Bas) et depuis, ses actifs sont cédés par appartements.

Depuis deux ans, Rhodia Energy Services réfléchit aux énergies renouvelables mais cette acquisition dans le biogaz est une première action concrète. « C’est un investissement modeste, essentiellement destiné à nous permettre d’acquérir une expertise technologique, il ne va pas générer de chiffre d’affaires dans les deux prochaines années », commente une porte-parole du groupe. D’autres projets sont à l’étude, notamment dans la biomasse.

Rhodia Energy Services a été créée en 2000 et a réalisé un chiffre d’affaires de 233 millions d’euros en 2008, sur 4,8 milliards de chiffre d’affaires du groupe. Elle a d’abord développé une activité de cogénération, produisant aujourd’hui 400 MW par an en France. Elle gère aussi une activité d’achat d’électricité et de gaz créée d’abord pour le groupe, mais étendue ensuite à d’autres utilities.

Elle a également développé des projets de réduction des émissions de protoxyde d’azote dans le cadre des mécanismes de développement propre (MDP) du protocole de Kyoto sur deux sites au Brésil et en Corée du sud, qui lui ont donné droit à des crédits carbone, valorisés par Orbeo. Elle a aussi développé un projet de réduction des émissions de gaz à effet de serre en France, sur le site du groupe de Salindres (Gard). Ce chantier doit lui permettre de réduire les émissions de 200 000 tonnes équivalent CO2 par an sur la période 2009-2012. L’entreprise a récemment reçu ses premières unités de réduction des émissions (URE) dans le cadre de cette réalisation.