La France se mobilise pour passer aux voitures « vertes »

Print Friendly, PDF & Email

Tout le monde sur le pont ! Alors que les projets de véhicules « verts » se multiplient dans le monde, la France qui n’est pas particulièrement en pointe, tente d’accélérer.

Le gouvernement a présenté hier les onze premiers projets qui vont bénéficier d’un financement de 57 millions d’euros dans le cadre du fonds démonstrateur géré par l’Ademe.

Derrière ces onze projets, on trouve la plupart des grands industriels de l’automobile : Michelin, PSA, Renault, Valeo, Toyota, mais aussi EDF, le CEA et l’Institut français du pétrole. (Pour accéder aux présentations des projets, cliquer ici).

L’Etat va investir environ 1 milliard d’euros pour la recherche sur les véhicules moins polluants dans les prochaines années : 200 millions dans le cadre du programme Predit dans les 3 ans, entre 200 et 250 millions via l’Agence nationale de la recherche (ANR) et 450 millions pour les Fonds démonstrateurs gérés par  l’Ademe sur 4 ans.

Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, a fixé un objectif : 15% des achats du parc automobile qui puissent être « décarbonés » dans les deux ans et demi à trois ans, avec une offre diversifiée de véhicules.

Un programme d’achats publics de 100.000 véhicules décarbonés dans les quatre ans est par ailleurs prévu ainsi que la mise en place d’un plan d’infrastructures de recharge pour véhicules électriques.