Des investisseurs stars misent sur un mystérieux petit nouveau des voitures propres

Print Friendly, PDF & Email


Que prévoit donc V-Vehicle Company, un nouveau petit constructeur américain de véhicules non pas électriques, mais «économes », qui promet de révolutionner l’automobile  ? Né en 2006, il est sorti du bois cette semaine en annonçant des ambitions effrénées, parrainé par des appuis spectaculaires : le gourou des cleantech John Doerr, associé du célèbre fonds Kleiner Perkins Caufield & Byers (celui qui a engagé Al Gore), un autre associé de Kleiner, Ray Lane, ancien PDG de Sun Microsystems, et enfin le milliardaire texan T. Boone Pickens, le magnat du pétrole reconverti dans les parcs éoliens titanesques et grand défenseur des voitures au gaz naturel.

Le gouverneur de Louisiane Bobby Jindal lui-même est venu participer à la conférence de présentation (voir vidéo ci-dessus) où le groupe, basé à San Diego en Californie, a annoncé qu’il commencerait à construire fin 2010 des voitures à Monroe, en Louisiane, où il investira 248 millions de dollars dans le site et y créer 1.400 emplois.

Le gouverneur n’a pas lésiné sur les mots: « nous avons la chance en Louisiane de pouvoir redynamiser toute l’industrie automobile américaine. Ce projet peut transformer toute la région de Monroe et le nord de la Louisiane voire tout notre pays ». Créée et dirigée par Frank Varasano, un ancien dirigeant du groupe informatique Oracle, VVC va « réinventer l’industrie automobile américaine », selon lui.

Autre coup d’éclat, il compte parmi ses recrues le célèbre designer de voitures Tom Matano, l’ancien chef designer de Mazda, qui lors de la présentation a promis qu’il s’agirait d’une « nouvelle icône de l’automobile américaine pour les 25 prochaines années ».

Mais en fait, rien n’a été dévoilé sur la technologie qui sera utilisée, ni même si elle sera électrique ou roulera à l’essence ou au gaz naturel ou autre. M. Varasano a évoqué seulement une voiture « efficace, économe en carburant ».

La voiture de VVC sera construite dans une ancienne usine d’une filiale de GM fermée depuis des années. Le groupe estime pouvoir injecter 19 milliards de dollars dans l’économie de l’Etat et lui apporter des centaines de millions en impôts! Du coup la Louisiane a apporté à la jeune société une subvention de 67 millions de dollars et la ville de Monroe 15 millions. La société postule aussi à une aide de l’Etat fédéral de 25 millions.

De quoi s’agira-t-il donc ? La presse américaine estime qu’il pourrait en tout cas s’agir d’une voiture bon marché, à l’opposé des voitures électriques très coûteuses type Tesla, car Kleiner avait laissé entendre fin mai qu’il visait quelque chose dans ce domaine. Peut-être roulerait-elle au gaz naturel, ce qui expliquerait la présence de T. Boone Pickens, mais rien n’est sûr.