Compteurs intelligents : le marché pourrait doubler rapidement

Print Friendly, PDF & Email

colettelewiner125 à 40% des foyers européens seront équipés de compteurs intelligents d’ici 2012, contre 6% aujourd’hui, selon une étude de Capgemini. Certains pays, comme l’Italie et la Suède ont déjà un taux de pénétration proche de 100% alors que la France se situe dans la moyenne. L’analyse de Colette Lewiner, directeur international du secteur énergie de Capgemini.

GreenUnivers : comment évolue le marché des compteurs intelligents ?

Le marché mondial pèse déjà 8 milliards de dollars par an et il progresse de 5% par an actuellement selon certaines estimations. Mais ce rythme devrait croître très rapidement et le marché pourrait doubler dans les prochaines années. Aux Etats-Unis, Barack Obama a annoncé près de 5 milliards de dollars d’investissements pour le déploiement de compteurs intelligents. En Europe, 25 à 40% des foyers auront des compteurs intelligents d’ici à 2012, contre 6% aujourd’hui. Le marché s’annonce énorme et tous les acteurs sont en train de prendre leurs marques : les compagnies d’électricité, les fabricants de compteurs, les prestataires informatiques qui traiteront les millions de données récoltées…

GU : quels sont aujourd’hui les principaux moteurs du marché ?

Plusieurs facteurs se conjuguent. D’abord l’évolution de la réglementation : en Europe, par exemple, le Paquet climat-énergie adopté récemment recommande que 80% des consommateurs soient équipés de compteurs intelligents d’ici à 2020. La Suède est en pointe : la réglementation y rend obligatoire des relevés mensuels à partir de juillet 2009. Les compagnies d’électricité ont dû accélérer les investissements. C’est le premier pays européen qui aura un taux de pénétration de 100%. Autre facteur, la demande des consommateurs pour réduire leur facture d’énergie et les émissions de CO2, ce que permettront les compteurs intelligents grâce à une optimisation de la consommation. Enfin, dans certains pays européens, les compagnies d’électricité attisent aussi le mouvement : en Italie, par exemple, Enel a déjà déployé plus de 27 millions de compteurs sur courants porteurs au début des années 2000. Et d’ici 2011, 36 millions de consommateurs italiens seront équipés. Les compteurs étaient vieux et il y avait beaucoup de vols de courant, d’où la décision d’Enel d’accélérer sur les compteurs électriques qui donnent un meilleur suivi de la consommation, ce qui évite les fraudes.

GU : la baisse des prix des compteurs a-t-elle aussi un fort impact ?

Bien sûr, aux Etats-Unis, le prix d’un compteur est passé de 260 dollars en moyenne à 60 dollars en quelques années (sans l’installation). Les compteurs sont aujourd’hui généralement fabriqués en Chine ou dans d’autres pays à bas coût, ce qui explique cette chute. Et parallèlement, de gros progrès technologiques ont été faits pour développer de nouvelles applications pour suivre et optimiser la consommation d’électricité.

GU : comment se situe la France ?

Elle est dans la moyenne européenne. Le régulateur n’a pas fixé de date limite mais ERDF, le gestionnaire du réseau, a annoncé le déploiement de 33 millions de compteurs intelligents. C’est un marché colossal de 4 milliards d’euros, le coût d’une centrale nucléaire de type EPR ! Une phase d’expérimentation vient de démarrer en Touraine : 300 000 nouveaux compteurs électroniques vont être testés dans un premier temps.

GU : quels bénéfices peut-on espérer de ces nouveaux compteurs ?

Les consommateurs disposeront de multiples données leur permettant de mieux comprendre leur consommation d’électricité et, à terme, de l’optimiser. Nous avons fait une étude avec un institut finlandais qui montre que l’Union européenne des 15 peut parvenir à une économie de consommation d’électricité de 200 TWh en 2020 par an en cas de déploiement massif des compteurs intelligents. Cela représente la consommation annuelle des secteurs résidentiels de l’Allemagne et de l’Espagne ! En parallèle, cela permettrait d’éviter l’émission de 100 millions de tonnes de CO2 par an en 2020. Mais cela ne sera possible que si des efforts de communication sont faits par les pouvoirs publics et les compagnies d’électricité pour éduquer les consommateurs et leur apprendre à vraiment optimiser leur utilisation de l’électricité.

Consulter l’étude de Capgemini en cliquant ici : capgemini-smart-metering