341 milliards d’euros pour la relance verte dans le monde

Print Friendly, PDF & Email

hsbc

Près de 200 milliards de dollars d’investissements verts en Chine, 26 milliards en Corée, 12 milliards en Allemagne… Les plans de relance lancés dès 2008 par les gouvernements font la part belle aux cleantech.

Selon une étude de la banque HSBC, qui a passé au crible les plans de relance de quinze grands pays (voir tableau, cliquer pour agrandir), les investissements verts représentent au total un peu plus de 432 milliards de dollars (341 milliards d’euros), dont la moitié devrait être allouée dès cette année.

Sur ce total, plus de 287 milliards iront aux actions d’efficacité énergétique et à la R&D, 101 milliards aux secteurs des déchets, de l’eau et du traitement de la pollution et plus de 43 milliards aux énergies renouvelables et à la capture et au stockage du CO2.

Par pays et en pourcentage du plan de relance, c’est la Corée du sud qui arrive en tête avec 69% d’investissements verts dans son plan de relance, devant la Chine (34%) et l’Allemagne (19%).

En volume, la Chine est leader avec plus de 198 milliards d’investissements verts. C’est par ailleurs le pays dont les entreprises devraient le plus profiter des investissements verts dans le monde dans les prochains mois. Les Etats-Unis arrivent en deuxième position, avec 13,7 milliards dans le cadre du premier plan d’urgence adopté sous l’ère Bush, et surtout plus de 128 milliards dans le cadre du plan Obama (voir le détail de son plan ici).

La France va pour sa part mettre sur la table 2,8 milliards de dollars, soit 8% de son plan de relance de 33 milliards de dollars présenté en 2008 (26 milliards d’euros).

Outre cette manne d’argent public, les cleantech devraient profiter du renforcement de la législation contre le réchauffement climatique. Selon une analyse de la Deutsche Bank, 250 nouvelles réglementations ou politiques ont été mises en place à travers le monde depuis juillet 2008 pour soutenir les énergies vertes et lutter contre le changement climatique.

Et le mouvement ne devrait pas se relâcher : les Etats-Unis vont par exemple mettre en place un système fédéral de droits d’émissions de CO2, sur le modèle de ce qui existe en Europe, officiellement prévu dans le premier budget de l’ère Obama, transmis cette semaine au Sénat.

Selon la Deutsche Bank, la réglementation et les mesures de soutien des gouvernements apporteront une aide cruciale aux cleantech pour surmonter la crise économique actuelle et les difficultés de trouver des financements.

Accéder à l’étude de HSBC (PDF) : hsbc-green-rebound