Tesla Motors, première greentech victime de la crise financière

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email

Alors que la crise financière et économique n’épargne pas les greentech, le constructeur de voitures électriques, l’une des stars de la Silicon Valley, est contraint de réduire la voilure. Tesla Motors avait lancé une levée de fonds, orchestrée par la banque Goldman Sachs, destinée à financer la construction d’un nouveau site de production de 250 millions de dollars, à San José, en Californie pour sa future berline de luxe, le Model S.

L’entreprise, qui a déjà levé 140 millions de dollars depuis sa création, avait besoin de près de 100 millions de dollars supplémentaires, selon des sources officieuses. Mais dans le contexte actuel, elle n’a pu trouver l’argent et a donc décidé de réduire ses coûts et reporter ses projets.

La société attend toujours la confirmation d’un prêt à taux bas promis par le Département américain de l’énergie pour la construction de sa future usine. Elle a aussi décidé de reporter la production de son Model S de 6 mois, à mi-2011. Tesla Motors prévoit en outre des licenciements et va fermer son centre d’ingénierie de Detroit. Mais elle espère être bénéficiaire dans six à neuf mois.

Et Tesla se réorganise, avec un reprise en lmain comme PDG du cofondateur Elon Musk.

Jusqu’ici Tesla a livré 27 Roadsters, son premier modèle, vendu environ 109.000 dollars, et son Model S devrait être vendu à 60.000 dollars.  

 (Photo : Tesla Motors)