Une Bourse du carbone obligatoire aux Etats-Unis, une première

Print Friendly, PDF & Email

Une dizaine d’Etats du nord-est des Etats-Unis ont inauguré cette semaine, avec des enchères en ligne, le premier marché obligatoire des droits d’émissions de CO2 dans le pays, un marché du carbone baptisé Regional Greenhouse Gas Initiative (RGGI), qu’il a fallu 5 ans pour mettre en place.

A compter du 1er janvier 2009, les compagnies d’énergie de ces dix Etats devront disposer de droits pour chaque tonne de CO2 émise. L’obligation s’applique à 233 centrales d’énergie ou usines pourvues d’un générateur situées dans ces Etats, et dont la capacité dépasse 25 MW produits à partir d’énergie fossile. Les entreprises doivent acheter les droits à émettre (un permis = une tonne de CO2 à émettre) pour la période 2009-2011, et les enchères leur permettent de se les revendre entre elles.

Pour les enteprises américaines, c’est un avant-goût du système que les deux candidats à l’élection présidentielle américaine, Barack Obama et John McCain, ont promis d’installer au niveau fédéral. La première enchère s’est tenue le 25 septembre, et a porté sur 12,5 millions de permis avec 6 Etats participants. Les experts ont cependant regretté une quantité de permis proposée jugée bien trop élevée, et un prix de départ très bas de 1,86 dollar la tonne.

Les résultats de cette première enchère doivent être publiés le 29 et 30 septembre, et une nouvelle enchère en ligne est prévue mi-décembre. 

Les Etats participants sont ceux de New York, Connecticut, Delaware, Maine, Maryland, Massachusetts, New Hampshire, New Jersey, Rhode Island et le Vermont.

Le but de cette initiative est dans les 10 ans de réduire les émissions de ces centrales de 10% par rapport à leur niveau actuel, soit 188 millions de tonnes de CO2 par an.

Un marché du carbone existe déjà en Europe, où les échanges se sont envolés cet été et restent dopés par l’arrivée d’acteurs financiers. Le RGGI avait déjà démarré sur le marché de Chicago, mais sur une base volontaire. Et pour certains analystes, on pourrait assister bientôt à une envolée des prix — à 100 dollars la tonne —  qui pourrait rapidement révolutionner le marché de l’énergie.