Comment produire de l’hydrogène vert dans les déserts

Print Friendly, PDF & Email
Le désert d’Atacama, au Chili. (Crédit : Flickr/Robin Fernandes)

[Etude] Des électrolyseurs dans les déserts ? C’est possible, répond l’Irena. L’Agence internationale des énergies renouvelables aborde la question de la disponibilité en eau dans son nouveau rapport sur les potentiels et les coûts de l’hydrogène vert dans le monde*. Des pays comme la Mauritanie, la Namibie, l’Arabie saoudite, le Chili ou l’Australie possèdent des régions désertiques, avec de longues heures d’ensoleillement pour produire de l’électricité solaire bon marché. L’hydrogène vert y serait tout à fait rentable. Par exemple, dans un scénario optimiste pour 2050, l’agence prévoit un coût moyen actualisé de l’hydrogène vert autour de 0,76 $/kg pour le Chili et de 1,66 $/kg pour l’Arabie saoudite.

Mais quid de l’approvisionnement en eau pour faire fonctionner l’électrolyseur dans ces régions au fort déficit hydrique ? Selon l’Irena, le dessalement de l’eau de mer ...

Article précédentL’éolien a-t-il un impact sur le marché immobilier ?
Article suivantCrise énergétique : Jean-François Carenco estime « naviguer à vue »