La CRE approuve avec des réserves le profil des futurs appels d’offres EnR

Print Friendly, PDF & Email
(@CRE)

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) vient de publier son avis sur les dernières versions des cahiers des charges des futurs appels d’offres dits « PPE2 », c’est-à-dire correspondant à la Programmation pluriannuelle de l’énergie entre 2021 et 2026. L’analyse du régulateur, arrêtée au 17 juin 2021, porte sur les soutiens proposés dans sept filières des énergies renouvelables électriques dont l’hydroélectricité. Lesquelles vont pour la plupart bénéficier d’une forte augmentation des volumes subventionnés : + 850 MW par an dans l’éolien terrestre, + 590 MW/an pour le solaire au sol et jusqu’à 650 MW/an accordés au solaire sur le bâti mais ici, le retrait du segment 100-500 kW vers le guichet ouvert n’est pas encore pris en compte.

Inquiétudes sur l’abstention

L’ambition posera la question de la concrétisation des projets : 15,7 GW sont ainsi souhaités en cinq ans pour le solaire au sol et sur bâtiments contre 10 GW installés à l’heure actuelle. Ces gros volumes interrogent aussi sur le risque de sous-souscription, ...

Article précédentL’agenda de la transition énergétique
Article suivantAlliance inédite entre deux start-up de la transition énergétique