Les prix négatifs bien partis pour battre des records en 2020

Print Friendly, PDF & Email

A mi-avril 2020, les épisodes de prix spots négatifs pour l’électricité sont déjà aussi nombreux que sur l’ensemble de l’année 2019 : 28 heures. Et la moyenne des cours en-dessous de zéro plonge : -12,24 €/MWh, contre -5,63 €/MWh l’année dernière et -10,06 €/MWh  en 2018. Autre « record » : le lundi de Pâques a touché un plus bas à -75,82/MWh, à la fin d’une série de 13 heures. Interrogé sur les raisons, Alexandre Soroko, responsable de la transition énergétique chez Gazel Energie et spécialiste de l’agrégation, met en évidence la conjonction de deux facteurs : côté offre, des prévisions de vents forts sur l’ensemble de la zone Central Western Europe (Allemagne, Benelux, France…) et donc une forte production éolienne. Côté demande, une faiblesse due à la crise Covid-19 – la consommation d’électricité a baissé de presque 20% depuis mi-mars – et au long week-end : la demande pour la France était estimée par les traders à 36 GW, soit un niveau correspondant au mois d’août 2019.

Les prix spots négatifs en 2019 et 2020 en France, entre le 1er janvier et le 16 avril

Source : Gazel Energie

Les prix négatifs, redoutés lors la mise en place en 2015 du complément de rémunération pour les projets d’électricité renouvelable mais dont le risque paraissait faible il y a encore deux ans, vont-ils se multiplier ...