Huile de palme : coup de théâtre au ministère

Print Friendly, PDF & Email
Hôtel de Roquelaure © Pline, Wikimedia Commons

Une coïncidence ? Au moment où la mission d’information parlementaire bouclait son rapport sur les agrocarburants, le ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) consultait le groupe Total, des ONG environnementales et des députés sur le sort à réserver à l’huile de palme raffinée à La Mède dans les Bouches-du-Rhône pour produire du carburant. Lors de cette réunion organisée à huit heures du matin le 21 janvier, le groupe pétrolier a affirmé que les résidus de cette huile (appelés aussi PFAD, un acronyme en anglais pour ces distillats d’acide gras de palme) peuvent continuer à bénéficier des avantages fiscaux attachés aux agrocarburants, grâce à une circulaire des Douanes sortie le 19 décembre dernier.

Deux notes contradictoires

Coup de théâtre lors de cette réunion et comme le raconte un député, les représentants ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.