Eurofideme 4-Mirova dépasse 850 M€ et le fonds de Glennmont

Print Friendly, PDF & Email
Centrale solaire de Cestas © Neoen

Cocorico pour l’investissement dans les énergies renouvelables. Eurofideme 4, le nouveau fonds EnR de Mirova (Natixis), atteint 857 M€ pour son bouclage définitif. Il dépasse le précédent record européen, franchi en juin dernier par le britannique Glennmont Partners dans la même catégorie d’actifs, avec Glenmont Clean Energy Fund III. Et outrepasse de 150 M€ son propre objectif, après un premier closing à 250 M€ l’année dernière. « L’appétit des investisseurs institutionnels pour Mirova-Eurofideme 4 témoigne de la pertinence des énergies renouvelables comme classe d’actif décorrélée et performante, dans un contexte de taux bas », explique Raphaël Lance, ...

directeur des fonds transition énergétique de Mirova.

UnTRI de 8% à 9%

A n’en pas douter et comme nombre de ses ses homologues, le fonds profite indirectement de la manne permise par le quantitative easing toujours d’actualité en Europe et de l’attrait pour les énergies de la transition. Il tire aussi les fruits de rendements plus que copieux, bien éloignés des taux parfois négatifs observés ailleurs. De fait, le taux de retour sur investissement (TRI) d’Eurofideme 4 devrait se situer autour de 8% à 9%, une promesse appuyée par les scores des trois fonds précédents. Lancé en 2002 à 46 M€, le premier support, désinvesti, affiche un TRI de 14% net. Le deuxième (2009, 94 M€) puis le troisième (2016, 350 M€, premières sorties avec la centrale de Cestas) devraient tourner autour de 8 à 10% nets. 

Un autre atout d’Eurofideme pour les détenteurs de fonds ? Sa capacité à s’investir vite. Dans le nouveau véhicule, 300 M€ ont déjà trouvé une destination et 500 M€ devraient le faire d’ici fin décembre. Ce track record dans un contexte de taux au plancher stimule les investisseurs institutionnels et explique l’inattendu niveau de collecte. Les participants sont ici français à 60%, accompagnés par la Banque européenne d’investissement, de nouveau sponsor d’Eurofideme mais avec 75 M€ cette fois, et d’autres investisseurs aux profils européens voire internationaux, par exemple coréens.

Un fonds à impact envisagé

Sans surprise, le scope recherché par l’équipe de Raphaël Lance, composée désormais de 14 personnes, est avant tout orienté vers les énergies renouvelables en Europe ; c’est la signature de toute la gamme Eurofideme qui compte 180 projets EnR et 2 GW à son actif. Mais le nouveau produit, à investir en totalité sous les trois ans, devrait comprendre aussi des projets de stockage et soutenir des infrastructures pour la mobilité décarbonée, par exemple des bornes pour véhicules électriques. Des projets associés à l’hydrogène ne sont pas exclus. En revanche le fonds, continuant à miser sur les actifs tangibles et long terme, s’interdit de toucher au private equity « responsable ; lequel pourrait néanmoins faire l’objet d’un fonds spécial impact investing, à l’étude aujourd’hui chez Mirova.