Emmanuelle Wargon annonce un nouveau débat sur l’éolien

Print Friendly, PDF & Email
Emmanuelle Wargon (crédit : MTES/Twitter)

Après le Grand débat du gouvernement, voici venir une autre consultation, sur l’énergie éolienne cette fois. Repérée par Enerpresse, une interview vidéo d’Emmanuelle Wargon sur le compte Twitter de Renaissance, la liste de LREM pour les élections européennes, annonce ce projet : « On va lancer une grande concertation sur l’éolien, avec les citoyens, parce que l’éolien est un bon moyen de produire mais on ne l’explique pas très bien (…). Ensuite, il faut qu’on fasse des progrès, sur le démantèlement par exemple (…) Il faut qu’on fasse des progrès aussi sur les implantations : il y a des zones où l’on a installé beaucoup d’éoliennes, d’autres où il est possible d’aller. Mais sur quels critères, et comment ces implantations peuvent-elles être acceptés par toutes et tous ? L’éolien représente un bon moyen pour produire de l’électricité (…) mais on ne peut pas le faire contre les gens », estime la secrétaire d’Etat auprès de François de Rugy.

Pour rappel, l’éolien a fait l’objet ...

d’un groupe de travail ministériel en 2018 pour lever les freins à son développement, et la Programmation pluriannuelle a été l’objet d’une consultation nationale, organisée par la Commission nationale du débat public (CNDP) entre le 19 mars et le 30 juin dernier, avec de nombreux cahiers d’acteurs, points de vue et avis exprimés, repris sur le site de la CNDP.

Rencontre avec les associations hostiles à l’éolien

Le gouvernement en avait retenu, dans sa décision du 30 novembre 2018 consécutive à ce débat, que « les énergies renouvelables sont globalement soutenues mais le public a des exigences fortes concernant la maîtrise de leurs impacts sur l’environnement et les conditions par lesquelles elles sont soutenues font débat ». L’organisation d’une nouvelle réflexion collective n’était néanmoins pas vraiment attendue, d’autant que la politique gouvernementale affiche un soutien résolu à l’éolien, via des mesures de simplification-accélération administratives et juridiques et des appels d’offres à terre et en mer.

Mais la déclaration d’Emmanuelle Wargon signale à coup sûr une préoccupation croissante sur l’essor de la filière. La ministre a ainsi rencontré le 15 avril les présidents des associations mobilisées contre les éoliennes : la fédération Vent de Colère, la Société pour la protection des paysages (SPPEF) et la Fédération Environnement Durable (FED) : « La Secrétaire d’État reviendra vers les associations afin de poursuivre la réflexion ainsi engagée selon des modalités plus opérationnelles », avait alors annoncé la SPPEF à l’issue de l’entretien.

Le souci est aussi visible à l’Assemblée nationale, comme en témoigne l’intérêt porté à la commission d’enquête initiée par le député Julien Aubert, en cours de consultation à l’heure actuelle. Interrogée sur le sens qu’elle attribue à la consultation annoncée par Emmanuelle Wargon, Pauline Lebertre, déléguée générale de France Energie Eolienne, attend d’en savoir plus de la part du cabinet de la ministre : « si cela vise à faire de la pédagogie et de la concertation avec toutes les parties prenantes sans parti-pris, désinformation et raccourcis simplistes, ce sera une très bonne initiative. »