Pourquoi Urban Solar Energy parie sur le stockage virtuel

Print Friendly, PDF & Email

Batterie virtuelle or not batterie virtuelle ? Certains pionniers de l’autoconsommation tel que Comwatt y sont hostiles, jugeant le système sans intérêt économique pour les clients. D’autres parient sur son succès, comme MyLight Systems. Pour sa part, la start-up Urban Solar Energy commercialise une offre de ce type depuis l’été dernier, alliée à l’agrégateur Smart Grid Energy.

Le grand public demandeur

Fondée à Lyon en 2017 par Yannick Ducerf et Cyril Morin, ex-entrepreneurs à succès dans l’informatique, Urban Solar Energy annonce plusieurs centaines de projets à l’étude, des bâtiments tertiaires notamment, mais aussi dans le grand public, lequel est pourtant bénéficiaire de tarifs pour le surplus de courant plus généreux que chez les professionnels, à partir de 9 kW. « Nous ne souhaitions pas aller vers les particuliers. Mais les gens ne veulent plus être liés à EDF pour vingt ans, avec des motivations pas vraiment économiques, souvent environnementales.

Entre novembre 2018 et aujourd’hui, 250 clients ont demandé à bénéficier de cette batterie virtuelle », annonce Yannick Ducerf. Ce qui n’empêche pas Urban Solar Energy de continuer à prospecter sur ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.