Pourquoi MyLight Systems préfère la batterie virtuelle

Print Friendly, PDF & Email
MyLight Systems à BePositive (crédit : J-PP.)

Le stockage résidentiel est-il dans une impasse commerciale en France ? C’est le sentiment de MyLight Systems. Et pour trouver la parade, cette jeune entreprise technologique spécialiste de l’autoconsommation solaire pour les particuliers vient de faire une annonce étonnante au salon BePositive à Lyon, qui a commencé mercredi 13 février. A la place d’une batterie physique, MyLight propose désormais un stockage virtuel – une solution qu’explore aussi le lyonnais Urban Solar Energy, fournisseur d’électricité et opérateur d’autoconsommation.

Du côté de MyLight, au lieu de rejoindre des accumulateurs conventionnels, le surplus de production est confié à...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.