Comwatt travaille sur une électricité verte plus que « premium »

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Comwatt)

Dans son avis critique de décembre dernier sur les offres d’électricité verte, l’Ademe les classait en deux catégories : « standard » où les garanties d’origine (GO) proviennent d’installations hydrauliques européennes déjà amorties, et « premium » avec des GO vendues par des développeurs-producteurs EnR français, surtout de petite hydroélectricité. L’Ademe proposait d’aller plus loin en encourageant un fléchage direct entre l’approvisionnement des fournisseurs et l’investissement des producteurs dans de nouveaux projets, par des PPA par exemple. Mais d’autres solutions ont déjà germé dans l’esprit créatif des défricheurs de l’électricité verte. Par exemple celle sur laquelle travaille le spécialiste du pilotage d’autoconsommation Comwatt, en partenariat avec des fournisseurs d’électricité.

Présentée officiellement dans ...

quelques jours, cette offre est basée sur la complémentarité entre autoconsommation et achats auprès de petits producteurs. « Nous voulons garantir une électricité verte à tout moment de la journée sans recourir ni aux batteries, au moins pour le moment, ni au stockage virtuel. En cas de prélèvement sur le réseau, une compensation carbone sera en plus effectuée », explique Grégory Lamotte, président de Comwatt.

« Talon » d’électricité renouvelable

Ce pionnier de l’autoconsommation affirme qu’en combinant cette formule avec des approvisionnements auprès de producteurs EnR, le tout associé aux économies d’énergie procurées par le pilotage, le client peut s’affranchir totalement d’EDF, tout au long de la journée et de l’année, en faisant dans la foulée des économies sur sa facture. Cela, sans stockage physique, ou virtuel, contrairement aux stratégies d’autres acteurs de l’autoconsommation, comme les lyonnais MyLight Systems et Urban Solar Energy. « En combinant les productions, les agrégateurs peuvent garantir un « talon » permanent d’électricité 100% renouvelable. Qu’il est possible de renforcer en augmentant le nombre de centrales (c’est aussi le credo de l’Ademe, NDLR) et qui peut varier à la hausse ou à la baisse en fonction de l’autoproduction, c’est-à-dire la quantité d’énergie produite par le client lui-même », explique ce professionnel. Reste à connaître les tarifs de cette formule baptisée « électricité verte 4 étoiles ». Elle ferait faire des économies par rapport aux offres d’électricité verte sur le marché, à une hauteur précisée lors du lancement de l’offre.

Créé en 2013, basé à Montpellier, investi notamment par Lucia Holdings, Comwatt annonce 9 500 box connectées à ce jour et 4 000 ventes en 2018, pour un chiffre d’affaires de 2 M€. Il a conclu un partenariat en 2017 avec le fournisseur Ilek, approvisionné par les petits producteurs. En l’état actuel du marché et du « foisonnement » entre productions EnR, l’autonomie à tout instant procurée par ce concept d’autoconsommation+approvisionnement EnR, sans stockage, pourrait perdurer un an, selon Grégory Lamotte. Ensuite, si le concept séduit, il faudra faire quand même appel à des batteries stationnaires.