Autoconsommation collective : Enerplan se fâche

Print Friendly, PDF & Email
L’un des projets d’autoconsommation de la Communauté des communes du Montreuillois © Cohérence Energies

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) peut-elle modifier sa position sur l’autoconsommation collective ? Le syndicat des professionnels du solaire Enerplan veut le croire et tente de forcer un peu la main au régulateur. Un recours vient d’être déposé au Conseil d’Etat demandant l’annulation du Turpe (Tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité) pour l’autoconsommation collective, fixé par délibération début juin puis appliqué début août et issu d’une longue réflexion.

Pour rappel, la CRE a créé une double tarification optionnelle, franchement  complexe, pour « éviter que certains utilisateurs soient pénalisés ». En pratique, l’instance opère un distinguo entre les soutirages autoproduits issus de l’opération d’autoconsommation locale, taxés mais moins cher que la moyenne, et les prélèvements « alloproduits », complémentaires, provenant du réseau et plus fortement taxés ; l’option consiste à refuser l’un et l’autre et à revenir au tarif standard. Par ailleurs, l’instance recommande que la fiscalité des opérations reste inchangée.

Position « non documentée »

Ce Turpe est tout bonnement considéré comme « punitif » par Enerplan. « Notre action est fondée sur ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.