Eolien flottant : Ideol lève 8 M€ et embarque pour la première fois deux industriels

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Ideol)

Cinquième tour de table bouclé pour le concepteur et fabricant de fondations flottantes pour éoliennes Ideol, avec une collecte de 8 M€. Elle succède à celle de mai 2016, de 3 M€. L’industriel nippon ...

Hitachi Zosen entre au capital. Il a signé un contrat en 2015 avec le français pour co-construire un démonstrateur au Japon, initialement prévu pour 2016 ou 2017; le dispositif devrait être installé en 2018 à Kita-Kyushu, au nord de l’île de Kyushu. Hitachi Zosen est, entre autres, spécialiste des structures flottantes et a construit le Pont Yunemai – premier pont flottant tournant au monde. Et surtout participé à la construction de trois éoliennes flottantes pilotes dans l’archipel.

La période des démonstrateurs touche à sa fin

Un autre industriel fait son entrée, Siem Offshore Contractors, un groupe norvégien qui détient le poseur allemand de câbles sous-marins Soc, racheté en 2011. Il possède une flotte de 45 navires. Dernier arrivant au capital, Amundi Private Equity Funds. Ideol ne dévoile pas les parts respectives des trois nouveaux actionnaires. Ils sont accompagnés par trois historiques : Tertium, un fonds de capital développement de Marseille qui gère des fonds de la Caisse d’épargne de Provence-Alpes-Côte-d’Azur (Paca), Paca Investissement et Conseil Plus Gestion.

Le quasi-triplement de cette levée par rapport au tour précédent et l’arrivée des industriels dénote le changement d’échelle de l’entreprise de La Ciotat (Bouches-du-Rhône) :  « Nous sommes à un tournant. Les industriels font leur entrée parce que la phase des démonstrateurs se termine, nous entrons dans la phase industrielle », indique Paul de la Guérivière, PDG d’Ideol.

Expansion commerciale et internationale

Les fonds sont destinés à financer les projets de cette année, le développement commercial et le déploiement international. Créé il y a déjà sept ans, le fabricant a de quoi s’occuper dans les mois qui viennent. Au large du Croisic (Loire-Atlantique), il doit mettre en service son premier démonstrateur de 2 MW grâce au projet Floatgen, confirmé pour cette année par Paul de La Guérivière.

Ideol  veut en parallèle étoffer son réseau international et préparer le futur appel d’offres français sur les fermes commerciales prévu pour l’année prochaine. Coté projets pilotes, la société est engagée sur le projet EolMed, pour implanter quatre éoliennes flottantes de 6 MW, à 15 km au large de Gruissan, face à Narbonne (Aude).

Hors de France et Japon mis à part, Ideol a signé un accord en 2015 avec l’aciériste China Steel Corporation (CSC) pour concevoir et construire des éoliennnes flottantes à Taïwan, à l’horizon 2019. A plus long terme, l’entreprise a paraphé un accord en janvier avec le développeur d’origine australienne Atlantis pour une première tranche de 100 MW d’éolien flottant au Royaume-Uni en 2021 et 1 GW ensuite. Elle a fait de même en mars avec l’irlandais Gaelectric, avec un projet de 30 MW pour 2021 au Nord-Est de l’Irlande, sur un site identifié mais pas dévoilé. Les deux associés visent là aussi 1 GW à long terme.