BoostHeat veut rajeunir le marketing des chaudières

Print Friendly, PDF & Email

Cette entreprise semble bien partie pour apporter sa pierre à la réindustrialisation de l’économie française. Après les 3,4 M€ apportés en mai par Bpifrance dans le cadre du Programme des investissements d’avenir, au tour du fonds de soutien aux PME innovantes du pétrolier Total de financer le fabricant de chaudières BoostHeat, avec un prêt de 400 000 euros. Une manière concrète de contribuer à l’émergence de la chaudière à gaz-pompe à chaleur (PAC) ultra économe inventée et brevetée par cette entreprise.

50 000 chaudières par an

Cet appareil entrera en production l’année prochaine, pour quelques centaines d’unités fabriquées à Vénissieux (Rhône) sur l’ex-site de Bosch Diesel. « Le logiciel de contrôle de l’usine est commandé et nous allons faire de même pour la ligne d’assemblage du compresseur, un composant clé de la chaudière », annonce Luc Jacquet, cofondateur de BoostHeat avec Jean-Marc Joffroy. La montée en charge vise une capacité de production de 50 000 machines par an pour l’équipement domestique. Elle suppose aussi, cette année, ...

une vingtaine d’embauches dont dix ce mois-ci. Ce qui portera les effectifs de la PME à une soixantaine de collaborateurs. A noter que le plan de marche est en ligne avec ce qui avait été annoncé il y a plusieurs années.

Les installateurs installeront

En parallèle de l’assemblage de son outil, BoostHeat travaille sur la commercialisation. Avec un concept audacieux : vendre en direct aux particuliers, sans passer a priori par les plombiers-chauffagistes. Une manœuvre qui vise à convaincre les prospects de remplacer leur chaudière – pour 12 000 € hors pose – sans attendre que l’actuelle, énergivore, tombe en ruine. « Notre chaudière divise par deux et même par trois parfois la consommation d’énergie pour le chauffage, c’est un argument puissant qui peut accélérer le renouvellement du parc », estime Luc Jacquet.

Pour leur part, les installateurs de BoostHeat seront des franchisés, mono-marque, et se concentreront sur la pose et le service après-vente. L’entreprise vise dans un premier temps le marché des grandes maisons mais espère démocratiser son produit pour toucher des cibles plus populaires.

Un 2e industriel du gaz au capital ?

La construction de l’offre commerciale et du réseau représente « la nouvelle haie à franchir », selon Luc Jacquet, le jalon industriel étant désormais bien posé pour cette société créée en 2011. Ces futures étapes nécessiteront de nouveaux fonds propres, sans doute 15 M€ en tout. BoostHeat boucle en ce moment la levée de 6 M€ entamée l’année dernière et devrait inviter à son capital un important acteur européen de la chaîne du gaz ; 3 M€ devraient arriver ainsi d’ici juillet. « Les industriels du secteur du gaz sont nos alliés objectifs, car nous contribuons à verdir cette énergie, qui dispose d’un énorme potentiel avec la transition énergétique », estime Luc Jacquet. Le transporteur de gaz belge Fluxys est déjà entré au capital en décembre dernier. BoostHeat souhaite s’implanter rapidement en Belgique, mais aussi en Allemagne et en Suisse. Une nouvelle levée de 8 M€ devrait intervenir en 2018. Les fondateurs détiennent encore la majorité du capital, accompagnés par des family offices et Fluxys.  Anne Lauvergeon préside le conseil d’administration depuis 2015.

La machine thermodynamique de cette PME allie une chaudière gaz à condensation et une PAC air. Elle récupère de l’air réchauffé par une pompe à chaleur puis utilise un compresseur thermique à gaz pour liquéfier du CO2, qui passe ensuite dans le condenseur pour le chauffage et l’eau sanitaire ; un ballon est inclus. L’efficacité énergétique du procédé serait exceptionnelle : une puissance de 20 kW équivaudrait à une chaudière gaz conventionnelle de plus de 30 kW.

Les PAC en forme

Selon le bilan 2016 du génie climatique établi par le syndicat Uniclima, le marché des PAC air-air, souvent réversibles pour l’été, a progressé de 12% l’année dernière, avec 447 452 unités, un record depuis 2007. « Cette belle progression des PAC air-air est très certainement imputable aux fortes chaleurs enregistrées au cours de l’été 2015. Ce marché reste donc très sensible aux influences météorologiques imprévisibles », commente Uniclima. Les PAC air-eau régressent de 1%, à 74 595 appareils. Les chauffe-eaux thermodynamiques progressent de 6%, avec 80 753 unités. « Ce segment connaît une stabilisation sur le marché du neuf. En revanche, ces équipements progressent plus fortement en rénovation », selon Uniclima. La géothermie continue à plonger (-16%) avec 2 597 installations.  Il s’est vendu 600 000 chaudières gaz et fuel en 2016 (+1%) dont 454 000 à condensation (+15%).