Kit solaire + digital rustique : le nouveau concept de Sunna Design

Print Friendly, PDF & Email
Le conteneur Moon au Sénégal (Crédit : Sunna Design)

Le pionnier du lampadaire solaire hors réseau se lance dans l’aventure du kit solaire en Afrique. Avec une originalité : les panneaux et les lampes solaires sont assortis d’un smartphone de base, avec des applis en mode dégradé utilisables sur une faible bande passante. Le tout est soutenu par une plateforme numérique et un call center, pour aider les futurs clients à utiliser le téléphone, payer avec, gérer les panneaux solaires et la batterie. Baptisé Moon, le pack sera facturé 200 euros, payables en 12 mois en « mobile money ».

La 3G n’existe pas

« Dès que l’on apporte l’énergie, les gens veulent tout de suite le téléphone et les services associés », indique Thomas Samuel, fondateur de Sunna Design. Son idée est de fournir tout d’un seul coup, et notamment un téléphone économe en électricité et des prestations compatibles avec un réseau télécom faible et parfois défaillant en zone rurale, jamais supérieur à la 2G en tous cas. Sunna Design y croit fort et affiche de grosses ambitions pour ...

ce concept en Afrique de l’Ouest francophone : 250 000 foyers pourraient être équipés d’un « Moon » d’ici 2022. Pour l’instant, le principe est testé auprès de 50 foyers dans le sud de la Casamance (Sénégal) et l’offre commerciale commence à être présentée sur place (photo).

Premiers pas pour Solylend

Pour fournir les fonds à ses futurs clients, Sunna Design a passé un accord avec une toute nouvelle plateforme de crowdlending, Solylend, qui lance sa campagne de collecte de prêts aujourd’hui. Solylend promet une traçabilité totale de chaque prêt et la possibilité de suivre l’avancement des installations, avec une information précise une fois par mois. Selon le fondateur Nicolas Pereira, c’est là le vrai plus de Solylend, qui veut se différencier parmi les nombreux sites de financement participatif. Solylend espère apporter 100 000 euros au projet Moon d’ici un mois, qui seront ensuite prêtés à 500 foyers. Le prêt sera rémunéré au taux de 6%, ce qui peut paraître confiscatoire pour des projets destinés à des personnes pauvres et de ce fait, pas très… solidaire. Mais selon Nicolas Pereira, la dette conventionnelle en Afrique coûte beaucoup plus cher, autour de 18%. Solylend compte aussi se lancer dans d’autres projets solidaires africains, par exemple des hydroliennes fluviales. Mais auparavant, la plateforme doit réussir la toute première opération avec la société de Thomas Samuel, qui a voulu donner sa chance à ce jeune acteur plutôt que de se tourner vers une structure  aguerrie.

10 000e lampadaire solaire

Pour sa part et sur son activité « historique », Sunna Design fête son 10 000e lampadaire fabriqué (près de Bordeaux) et vendu à 1 000€ l’unité dans 8 pays dont le Sénégal, le Bénin et le Nigeria. L’activité va s’étendre cette année au Mexique, au Brésil et en Australie. Dans la foulée, cette société de 45 salariés prépare une levée de fonds d’environ 10 M€, bouclée si possible cet été.

A Soweto, en Afrique du Sud (Crédit Sunna Design)

Nul doute que les candidats investisseurs examinent déjà de près l’attractivité réelle du concept kit solaire + contenus numériques simplifiés. Sur le terrain africain, il y a certes beaucoup de place pour les projets hors réseau. Mais pour convaincre les investisseurs occidentaux, il faut se différencier des start-up déjà bien avancées (comme l’américain Off Grid Electric, le britannique Bboxx), sans compter les initiatives de GreenLight Planet, Solarkiosk ou encore Mobisol qui mobilisent de plus en plus de fonds.