Avec sa 2e centrale, Vol-V amorce l’industrialisation de son process biométhane

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Pascal Léopold)

Il y aura du « beau monde » vendredi 10 mars à l’inauguration de la centrale biométhane de Vol-V à Quimper (Finistère) : Jean-Jacques Urvoas, ministre de la Justice et ancien député du Finistère, le maire de la ville, la présidente du Conseil départemental… « Le biométhane – et plus largement la méthanisation – est une chance pour la Bretagne, explique Cédric de Saint-Jouan, président de Vol-V. C’est une vraie réponse à la dépendance énergétique de la région, et aussi un soutien à l’agriculture et aux entreprises de l’agroalimentaire. Sans compter le traitement les déchets et l’amendement des sols ».

Gros volumes

De fait, par le nombre de partenaires et son ampleur, le projet raccordé au réseau de GRDF est d’échelle territoriale et industrielle. Sa puissance de 2,5 millions de mètres cubes en fait la première centrale du Grand Ouest, pour le moment. Surtout, c’est un gros hub de déchets organiques agricoles et agroalimentaires. Les cuves vont être approvisionnées aux deux tiers par les déchets des industriels et abattoirs locaux (Doux, Bigard, Socopa Viandes, Socabaq…) et des conserveries de poisson ; et pour le dernier tiers, par les lisiers de neuf gros élevages. Le tout représente la bagatelle de 33 600 tonnes de matière organique par an et, à la sortie, 29 000 tonnes de digestat. Et le plan ...