Philadelphia Navy Yard : vers un modèle économique smart city

Print Friendly, PDF & Email

Trouver un modèle économique pour les smart grids, intégrant les énergies renouvelables, le stockage et les véhicules électriques, constitue l’un des grands enjeux du secteur. A l’occasion du forum SG4SC, à Paris, la semaine dernière, Will Agate, le vice-président de la PIDC, l’entité publique-privée mise en place pour le redéploiement de l’ex base navale de la cité de l’indépendance américaine, a expliqué que Philadelphia Navy Yard était « sur la bonne voie ».

Zone concernée (Crédit : Alstom)
Zone de la Philadelphia Navy Yard (Crédit : Alstom)

Après le départ de la marine en 1996, la ville s’est retrouvée avec quelque 500 hectares à réhabiliter (autant que le cœur historique de la ville). Le choix s’est porté sur un nouveau développement du site afin d’accueillir des entreprises, des universités et des laboratoires de recherche. Un plan d’ensemble (Master Plan) a été mis en œuvre à partir de 2004 pour redynamiser le territoire. Un processus fondé sur un partenariat public privé et « impliquant dès l’origine les entreprises », « qui ont investi quelque 750 M$, tandis que le public mettait 150 M$ », insiste Will Agate. Plus de 150 entités publiques et privées sont désormais sur le site et emploie près de 12 000 personnes.

Répartition des rôles

PIDC gère le projet, ...