5e Observatoire des start-up cleantech : en route vers la croissance !

Print Friendly, PDF & Email

observatoire-gu-2012Où en sont les start-up de la transition énergétique ? GreenUnivers publie aujourd’hui les résultats de son 5e Observatoire des start-up des cleantech, une étude menée grâce au soutien de KIC InnoEnergy et des fonds d’investissement Demeter Partners et Emertec.  L’étude 2016 montre un renforcement des jeunes sociétés, dont les chiffres d’affaires et les effectifs s’accroissent.

L’Observatoire des start-up de GreenUnivers recense actuellement 827 sociétés françaises des cleantech fondées depuis 2008, dont 689 toujours en activité. 60% d’entre elles appartiennent à trois secteurs : les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et l’écomobilité. 64% de ces jeunes pousses sont concentrées dans trois régions : Ile-de-France, Auvergne Rhône-Alpes et Occitanie.

Montée en puissance du financement participatif

L’enquête 2016, à laquelle ont répondu 128 start-up de l’Observatoire en septembre et octobre 2016, montre que ces entreprises sont toujours autant capitalistiques : 33% ont d’ailleurs réalisé une levée de fonds en 2015. Parmi celles-ci, près de une sur deux a collecté moins de 300 K€, mais 14% ont levé plus de 2 M€. Les fonds d’investissement restent les principaux bailleurs de fonds des start-up, alors que seules 3% envisagent de s’introduire en Bourse.

Le plus spectaculaire dans les tours de table est bien la montée en puissance du financement participatif pour l’amorçage : 23% des sociétés y ont eu recours en 2016, contre 6% seulement en 2015. Principal avantage du crowdfunding, en général complémentaire à une levée auprès d’investisseurs classiques ? Les dirigeants y voient avant tout un moyen de se faire connaître du plus grand nombre.

Pour grandir, les start-up s’appuient beaucoup sur l’écosystème : 62% d’entre elles appartiennent à un pôle de compétitivité, 32% à un incubateur. L’accompagnement, un hébergement à moindre coût et la possibilité d’être mise en relation avec des partenaires extérieurs sont les principaux atouts de ces structures d’accompagnement aux yeux des entrepreneurs.

Plus de maturité

Le cru 2016 de l’Observatoire atteste d’un renforcement des start-up : 13% d’entre elles vont réaliser un chiffre d’affaires de plus de 1 M€ en 2016 (contre 10% en 2015), et 11% entre 500 K€ et 1 M€ (contre 8% en 2015). Alors que la moitié des 128 sociétés interrogées ont moins de quatre ans d’existence, ces résultats sont de bon augure pour une croissance plus solide permettant de faire émerger une génération de champions français des cleantech. De même en termes d’emplois :  29% des start-up ont désormais plus de 11 salariés, contre 21% en 2015.

Si les subventions restent importantes (64% ont reçu un financement public français en 2015), les commandes prennent peu à peu le relais des aides. A noter, le dynamisme à l’international : 40% de ces start-up réalisent une partie de leur chiffre d’affaires à l’étranger.

Les groupes sont de vrais leviers : 6 start-up sur 10 ont établi une relation avec un grand groupe, et dans 30% des cas, il s’agit d’une relation client/fournisseur.

Messages au futur Président de la République…

Dans les questions d’actualité, la loi de transition énergétique a déjà un impact positif pour 51% des sociétés, alors même que tous les décrets d’application n’ont pas encore été publiés. Et c’est d’ailleurs un message que les dirigeants souhaitent faire passer au futur Président de la République : ils espèrent que la transition énergétique va continuer et même accélérer. Beaucoup aussi souhaitent une fiscalité davantage au service de la croissance verte.

  • Retrouvez ci-dessous les résultats de l’étude 2016 de l’Observatoire des start-up des cleantech (ou ici en PDF)