Biométhane : l’Allemagne championne, mais la France progresse [Etude]

Print Friendly, PDF & Email

Le think tank France Biométhane, né en avril dernier, publie le 1er « benchmark européen pour le biométhane », réalisé en collaboration avec le cabinet Sia Partners. Cet observatoire indépendant permet de suivre le marché et les perspectives du biométhane en France et en Europe.

L’Allemagne seule en tête, la France rattrape une partie de son retard

Positionnement des pays en nombre d’unités et en capacité entre 2013 et 2015
Positionnement des pays en nombre d’unités et en capacité entre 2013 et 2015

Sans surprise, c’est l’Allemagne qui sort largement en tête du classement européen avec plus de 180 unités de biométhane en activité en 2015, pour une capacité de traitement de plus de 200 Nm3/h. Loin derrière, on retrouve la Suède avec sa petite soixantaine d’unités (environ 35 Nm3/h). L’Angleterre enregistre de son côté le plus fort dynamisme avec plus de 51 mises en activité en moins de 4 ans. Elle affiche une capacité de traitement globale de 70 Nm3/h.

De son côté la France, ...

considérée comme en retard dans ce domaine par rapport à ses voisins, à refait une partie de son handicap pour se placer en 4ème position avec une vingtaine d’unités en activité (pour une capacité de traitement d’un peu moins de 10 Nm3/h). La mise en place de mécanismes d’aide au développement du biométhane (4 en 2016) explique cette embellie dans l’Hexagone.

Evolution du nombre de mécanismes d’aides par pays entre 2012 et 2016
Evolution du nombre de mécanismes d’aides par pays entre 2012 et 2016

Cependant, pour France Biométhane, de nouvelles mesures doivent être prises, afin de favoriser encore le développement du secteur en France. Parmi les principales requêtes du think tank présidé par Cédric de Saint Jouan, cofondateur et président de Vol-V : faciliter l’obtention des autorisations administratives, instaurer la confiance des acteurs bancaires pour faciliter la réalisation des installations et favoriser l’utilisation du biométhane comme biocarburant.

  • Consulter le détail de l’étude ci-dessous ou ici (PDF) :