ECM Technologies se renforce dans le photovoltaïque en rachetant Semco

Print Friendly, PDF & Email
Four à fusion de silicium d'ECM Technologies. (Crédit : ECM Technologies)
Four à fusion de silicium d’ECM Technologies. (Crédit : ECM Technologies)

ECM Greentech, filiale du grenoblois ECM Technologies dédiée aux énergies renouvelables et au stockage, vient d’acquérir l’essentiel des actifs de l’équipementier Semco, alors en liquidation judiciaire. Fondé en 1986, ce dernier s’est spécialisé dans les fours et brûleurs, produisant notamment des machines de fabrication de semi-conducteurs pour l’industrie photovoltaïque. Le ...

montant de la vente reste confidentiel.

Semco Engineering (36,9 M€ de CA en 2012*), Irysolar et Qualiflow-Therm sont les 3 entités de Semco rachetées par la filiale du groupe ECM Technologies (300 collaborateurs, 90 M€ de CA en 2015, dont 80% à l’export). La filiale singapourienne Semco PTE fait partie du lot, mais certains actifs de Semco ont été laissés de côté. Par exemple, la filiale américaine de Semco Engineering n’a pas été reprise.

Repère : Avec 10 M€, ECM Technologies investit dans le PV avec ses usines clés en main – Juillet 2014

Les activités des 3 sociétés acquises sont désormais regroupées au sein d’une nouvelle structure, Semco Technologies, implantée à Montpellier (Hérault). A cette occasion, environ 70 collaborateurs – basés à Montpellier, pour la plupart, et à Singapour – ont rejoint l’acquéreur.

Etre leader du lingot à la cellule

ECM Technologies estime, dans un communiqué, que cette acquisition fait d’ECM Greentech « le leader français et un acteur mondial dans les équipements pour le photovoltaïque sur l’ensemble de la chaîne de valeur du lingot à la cellule ».

Cette opération a été réalisée début avril avec le soutien de Bpifrance, du groupe de capital investissement Siparex, de la société de gestion InnovaFonds et des fonds d’investissement Rhône Dauphiné Développement (RDD) et Capida. Elle est survenue alors que, le 1er avril, Semco a vu sa procédure de sauvegarde, amorcée en septembre dernier, convertie en procédure de redressement judiciaire puis, une semaine plus tard, en liquidation judiciaire.

*comptes annuels 2013 et 2014 non déposés