Dégradation des terres : vers un fonds mondial fin 2016, structuré par Mirova

Print Friendly, PDF & Email

Dégradation des terresChaque année, 24 milliards de tonnes de sols fertiles et 12 millions d’hectares, soit l’équivalent de la moitié de la Grande-Bretagne, se trouvent dégradés par l’exploitation intensive, l’étalement urbain ou la désertification, entre autres causes identifiées par la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULDD).

Pour contribuer à enrayer le phénomène et atteindre un bilan zéro en 2030 (à savoir réhabiliter autant de terres que l’on en dégrade), cet organisme de l’Onu a lancé en 2014 un projet inédit de fonds mondial destiné à soutenir les bonnes pratiques de gestion des sols. Dénommé LDN (Land degradation neutrality), ce fonds doit être opérationnel fin 2016. Selon Philippe Zaouati, directeur général de Mirova, la société de gestion chargée de la structuration de ce véhicule, « le fonds vise plusieurs centaines de millions de dollars pour la première tranche et beaucoup plus ensuite ; les besoins estimés de financement se situeraient autour de ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.