Sofiprotéol réduit la voilure dans le biodiesel (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

SofiproteolDans le cadre de son plan stratégique CAP 2018, Sofiprotéol cherche à adapter sa “carte industrielle dans le biodiesel à une demande en mutation”. En février dernier, le groupe agro-industriel et financier a consolidé sa position belge en prenant le contrôle à 100% de sa filiale Oleon Biodiesel. Désormais, il restructure en profondeur ses activités françaises pour ralentir
...

sur les biocarburants de 1ère génération (issus de ressources alimentaires), accélérer sur les nouvelles générations (biomasse lignocellulosique) et accentuer ses travaux sur la chimie du végétal.

Une politique motivée par le signal négatif envoyé par les pouvoirs publics : l’Europe prévoyait initialement 10% de biocarburant dans les carburants pour le transport, or elle souhaite finalement plafonner à 5% les biocarburants de 1ère génération. De son côté, la France limite pour l’instant ce taux à 7%. Sofiprotéol est également pénalisé par des importations massives, même si Bruxelles a épinglé récemment les biodiesels argentins et indonésiens.

Trois axes

Trois décisions sont principalement à retenir. D’abord Sofiprotéol fusionnera en juin 2014 ses filiales Diester Industrie (production de biodiesel) et Saipol (trituration et raffinage de colza et tournesol, production d’huile végétale destinée à l’alimentation, aux biocarburants et la chimie). La nouvelle entité portera le nom de Saipol et sera logée sous la holding Soprol, le pôle végétal du groupe (comprenant aussi Lesieur). La holding est détenue à 69% par Sofiprotéol et 19 % par le FSI. Elle a réalisé 5,5 Mds € de chiffre d’affaires en 2012, avec 4 103 salariés.

Deuxième action, la fermeture de deux unités d’estérification et d’une unité de trituration. En détail, c’est l’arrêt fin 2013 de l’unité de production de Diester Industrie Flandre (DIF) de Cappelle-la-Grande (Nord). L’unité d’estérification de Novance à Venette (Oise), elle, sera reconvertie en une unité de recyclage d’huiles animales et usagées en ester méthylique. Enfin, Saipol à Venette sera fermée à la fin de l’année.

Aucun emploi ne sera théoriquement supprimé : un reclassement en interne sera proposé aux 81 personnes concernées par la restructuration.