2 litres/100 km en 2020 ? L’Etat mise 250 millions sur les voitures du futur

Print Friendly, PDF & Email

tableau-de-bordL’appel à manifestations d’intérêt (AMI) lancé lundi 11 juin par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, devrait faire coup double : donner un coup de pouce à une industrie automobile en déroute et stimuler la recherche pour améliorer les performances des véhicules thermiques produits en France.

Avec une enveloppe de 250 millions d’euros, l’objectif poursuivi est plutôt ambitieux : « permettre la mise sur le marché d’ici à 2020 de voitures particulières consommant moins de 2 litres de carburant aux 100 km, développées et assemblées sur le territoire national, le tout à un prix abordable », indique Matignon dans un communiqué. En 2012, la voiture moyenne des Français consomme un peu moins de 5 litres aux 100 km. Et la consommation ne baisse que de 0,1 litre aux 100 en moyenne depuis 2008.

Cet AMI co-financera exclusivement des projets de R&D, qui «  contribueront à renforcer les collaborations industrielles durables entre grandes, moyennes et petites entreprises de la filière automobile, ainsi qu’avec les centres techniques et les universités », indique Matignon. Les retombées économiques et les bénéfices en termes de compétitivité et d’emploi seront également des critères décisifs.

L’AMI s’inscrit dans le cadre du plan automobile annoncé par le gouvernement le 25 juillet 2012 et est financé dans le cadre du Programme « véhicule du futur » des Investissements d’avenir. Géré par l’Ademe, le programme est doté de 950 millions d’euros, dont environ 700 consacré à l’automobile. Une quarantaine de projets en faveur de l’allègement du véhicule, de l’hybridation et du déploiement de l’électrique sont déjà soutenus, indique l’Ademe.

L’AMI se clôture le 1er décembre 2014. Les projets peuvent être soumis pendant toute la période d’ouverture de l’AMI et seront instruits en vagues successives de 4 mois environ.

Plus de détails sur le site de l’Ademe.