Un vol Sydney-Londres alimenté aux déchets plastiques (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

Avec un vol de 17.000 km, un pilote d’avion britannique veut  prouver que le carburant tiré de déchets plastiques peut remplacer le diesel classique utilisé par certains petits appareils. Jeremy Rowsell espère s’envoler ...

cet automne à bord d’un mono-réacteur Cessna 182, doté d’un moteur diesel SMA, chargé de diesel synthétique fabriqué par la société irlandaise Cynar.

Cynar, un partenaire de Sita (Suez Environnement) brûle les plastiques dans un milieu sans oxygène (pyrolyse), une sorte de distillation thermique. Cynar assure que son procédé est propre, sans émissions de CO2, et que le produit final émet moins de gaz polluants. Les résidus plastiques ne pouvant être convertis en carburant servent à fabriquer des revêtements de sol. Le vol de Jeremy Rowsell sera une première : le carburant de Cynar a été testé dans des voitures mais jamais dans un avion en conditions réelles.

Pour fabriquer les 400 litres nécessaires pour le vol, Cynar devra recycler 5 tonnes de déchets plastiques.

Un débouché pour les plastiques usagés

Le grand atout de ce procédé est en effet d’utiliser les millions de tonnes de déchets plastiques qui s’accumulent dans les décharges, qui constitueraient une source pratiquement inépuisable, selon le patron de Cynar, Michael Murray. » Quelque 26 millions de tonnes de déchets plastiques vont en décharge chaque année aux Etats-Unis et 15 millions en Europe », selon lui. Il a expliqué à la presse que son carburant continuait d’être testé mais « conviendrait parfaitement pour un petit appareil diesel qui ne va pas au-dessus de 2 500 mètres ».

Première usine avec Sita (Suez environnement), partenaire exclusif

Cynar a le vent en poupe : le groupe est en train de faire construire une usine à Bristol, pour le compte de son partenaire Sita UK, filiale britannique de Sita (Suez Environnement). L’usine, d’un coût de 11 millions de dollars, sera construite par Rockwell Automation – le contrat date de mars 2012.

Sita UK et Cynar ont conclu un accord exclusif fin 2010 pour bâtir les premières usines opérationnelles de Grande-Bretagne convertissant le plastique en fin de vie en combustible diesel. L’objectif à l’époque était de 10 usines au Royaume-Uni afin de traiter 60 000 tonnes de déchets plastiques.

Les gros avions utilisent eux du kérosène, un carburant plus lourd. La plupart des grandes compagnies aériennes, poussées par de nouvelles normes européennes entrées en vigueur en 2012, multiplient actuellement les tests de biocarburants mélangés à du kérosène classique.