En bref : trois offres pour Photowatt, EDF EN dans l’éolien offshore

Print Friendly, PDF & Email

France

  • Solaire

Trois candidats ont finalement déposé une offre auprès de l’administrateur judiciaire pour la reprise de Photowatt, acteur historique du photovoltaïque en France, en redressement judiciaire depuis novembre 2011. D’abord EDF via sa filiale EDF EN dont la candidature a été annoncée par Nicolas Sarkozy en personne, hier, à la surprise générale. Le groupe reprendrait 345 salariés sur les 440 et proposerait un reclassement en interne aux autres, selon le quotidien Les Echos, ce qui en ferait le mieux-disant social. La société lyonnaise Solarezo, qui dispose déjà d’une unité d’assemblage de panneaux, a aussi déposé une offre en association avec le fabricant de cellules de la Mayenne MPO Energy. Le tandem garderait 222 salariés, selon le quotidien économique. Enfin la troisième offre émane de l’équipementier ECM Technologies épaulé par le fonds Phoenix-Abcia, un spécialiste du retournement, qui conserverait 382 contrats de travail. Les candidats peuvent encore améliorer leur offre jusqu’au 21 février, date à laquelle le tribunal de commerce de Vienne (Isère) doit trancher.

  • Eolien offshore

EDF EN vient de démarrer les travaux en mer de son premier parc éolien offshore, à Teesside, dans le nord-est de l’Angleterre. Ils commencent avec l’installation des fondations monopieu avant le montage des 27 turbines fournies par l’allemand Siemens. Ce parc de 62 MW doit entrer en service avant la fin de l’année. L’installation d’une sous-station électrique à terre et son raccordement au réseau a déjà été réalisée. EDF EN est ambitieux dans l’éolien offshore : outre le marché britannique, il est candidat sur quatre des cinq zones ouvertes dans le cadre du premier appel d’offres français et lorgne aussi le très dynamique marché allemand.