La file d’attente photovoltaïque devient saine, mais stagne !

Print Friendly, PDF & Email

Après une purge de la file d’attente photovoltaïque au 1er trimestre 2011, due au moratoire, bonne nouvelle au 2ème trimestre et fait inédit depuis deux ans : ERDF a raccordé sur cette période 327 MW, presque tous les dossiers sortis de sa file d’attente. Le taux d’abandon chute ainsi à 6% entre le 1er avril et le 30 juin, alors qu’il était en moyenne de 60% sur les huit derniers trimestres.

Autrement dit, avant, lorsque 10 MW de demandes entraient chez ERDF, 4 MW seulement étaient connectés au réseau. Au 2ème trimestre 2011, sur 10 MW de demandes traitées chez le gestionnaire de réseau, plus de 9 MW ont été raccordés !

Pour bien comprendre, quand ERDF sort des demandes de raccordement de sa file d’attente, soit les MW sont raccordés, soit ils sont abandonnés par le demandeur (projet caduc ou virtuel, abandon volontaire), soit ils sont refusés (dossier incomplet, vice de forme, etc).

Taux d'abandon des demandes de raccordement - juin 2011 (GreenUnivers - Source : ERDF)

Fini la file d’attente poubelle ? 

Au 2ème trimestre, ERDF a sorti de sa file d’attente 348,8 MW et au même moment en a raccordé au réseau 327 MW, soit un taux de raccordement de 94%, ou un taux d’abandon des demandes de 6%.

Au 1er trimestre, une puissance record de 1.631 MW était sortie de la file d’attente d’ERDF, pour une puissance raccordée de 338 MW (graphique ci-contre). Durant cette période, 79% de la file d’attente sortie avait été purgée, abandonnée ou refusée.

« Une très grosse majorité de ces sorties correspondaient à des installations qui n’avaient pu être poursuivies car leur PTF (Proposition Technique et Financière envoyée par ERDF, autrement dit leur accord de raccordement) était postérieure au 1er décembre 2010 (donc bloquée par le moratoire), sans possibilité de rattrapage », a expliqué ERDF à GreenUnivers.

L’évolution majeure du 2ème trimestre s’explique d’abord par un effet psychologique chez les développeurs et installateurs, indique le gestionnaire du réseau : « Il est vraisemblable que le contexte actuel plus stable conduit les producteurs à poursuivre leurs projets bien plus qu’avant. En outre, la perspective de tarifs d’obligation d’achat à la baisse dans l’avenir fait que les producteurs n’ont aucun intérêt à reporter leurs projets dans le temps. »

File d'attente des demandes de raccordement - juin 2011 (GreenUnivers - Source : ERDF)

Une demande de 1,8 GW encore à traiter

À fin juin 2011, la file d’attente des demandes de raccordement s’est dégonflée à 1.826 MW, un niveau stable par rapport à fin mars (1.929 MW actualisés). Pour retrouver un niveau aussi bas, il faut remonter au 3ème trimestre 2009, où elle se situait autour de 1.700 MW. À la lumière de ces chiffres, 2010 restera donc l’année des records où la file d’attente a oscillé entre 2.500 MW et près de 3.700 MW ! (graphique ci-contre)

La file d’attente reste néanmoins encore élevée. Si une purge a eu lieu au 1er trimestre (1.631 MW sortis), le 2ème trimestre (348,8 MW sortis) marque un ralentissement du traitement global de la file d’attente. Sur les trois derniers trimestres de 2010 par exemple, ERDF sortait près de 600 MW en moyenne.

« Il faut considérer qu’actuellement ERDF résorbe le stock des affaires générées par les bulles spéculatives de janvier et août 2010 qui ont considérablement « engorgé » les circuits de traitement des raccordements », précise ERDF.

La « vidange » de la file d’attente devrait néanmoins reprendre durant les prochains trimestres : les projets qui n’ont pas été touchés par le moratoire doivent être mis en service dans un délai de 18 mois à compter de la date de notification de leur PTF. La file d’attente sera donc vidée des projets pré-moratoire à l’horizon mai 2012.

665 MW raccordés en six mois…

Mais les travaux d’ERDF aux 1er et 2ème trimestre 2011 reflètent désormais une situation post-moratoire avec le nouveau cadre réglementaire instauré en mars 2011. Sur ces deux périodes, ERDF a raccordé au réseau respectivement 338 et 327 MW, un rythme de croisière qu’il estime d’une « dynamique favorable ». Les niveaux de raccordement de 2010 se situaient entre 70 et 190 MW par trimestre.

Sur les six premiers mois de 2011, ERDF a donc raccordé 665 MW et comptabilise 1.473 MW cumulés en France métropolitaine. Des son côté, le gouvernement indiquait récemment que le parc photovoltaïque français total dépassait les 1.600 MW à fin juin. Le marché français est donc en train de décoller.

Entrée et sortie des puissances solaires chez ERDF - juin 2011 (GreenUnivers - Source : ERDF)

…mais le marché reste mou

Concernant la puissance entrée dans la file d’attente – un très bon indicateur du niveau d’activité du marché – les choses sont plus mitigées. ERDF a enregistré 245,8 MW de demandes de raccordement au 2e trimestre, un niveau plus important qu’au 1er trimestre, où le marché s’était quasi arrêté (68,5 MW). Avec le nouveau cadre réglementaire de mars, le secteur repart… mais très lentement.

Sur les six premiers mois de l’année, seulement 314 MW de demandes ont été déposées chez ERDF, soit moitié moins que la puissance raccordée sur la même période. Ces demandes ne concernent néanmoins que le segment des installations inférieures à 100 kW. Le segment supérieur à 100 kW ne reprendra véritablement que début 2012, avec les résultats des premiers appels d’offres lancés cet été.

En 2010, 800 MW de demandes entraient chez ERDF (même si une partie de cette puissance peut être considérée comme fictive aujourd’hui). Au plus fort de l’euphorie du marché en 2010, ERDF avait enregistré 1.286 MW de demandes (3e trimestre). Les demandes qui entreront chez ERDF durant les prochains trimestres diront si la croissance structurelle du marché solaire français est profondément affectée par l’instabilité réglementaire de ces derniers mois et les nouvelles règles du jeu du marché, très critiquées par la profession.

Alexandre Simonnet