Coup d’envoi du marché solaire supérieur à 100 kW

Print Friendly, PDF & Email

Avec la publication très attendu d’un appel d’offres pour 120 MW de solaire, le marché photovoltaïque des puissances supérieures à 100 kW va pouvoir (enfin) redémarrer. Gelé depuis le moratoire décrété en décembre 2010 pour trois mois, le marché n’avait pas repris avec le nouveau cadre réglementaire instauré en mars dernier. Celui-ci prévoit deux possibilités aux acteurs : soit développer un projet à un tarif de 12 centimes le kWh, soit attendre la mise en place d’un dispositif d’appels d’offres et bénéficier d’un tarif subventionné (à déterminer).

La première solution, possible depuis mars, n’est tout simplement pas rentable, puisque ce tarif est largement inférieur au coût actuel de production du kWh solaire (parité réseau non atteinte). La deuxième option est désormais possible mais l’élément clé, à savoir le tarif final, dépendra de la concurrence. Le marché ira au moins-disant.

Avec un premier appel d’offres ouvert sur le segment de puissance 100-250 kW, et un autre en vue pour le 15 septembre pour les puissances supérieures à 250 kW, les entreprises peuvent enfin entrevoir le bout du tunnel. Mais rien n’est réglé concernant leur activité :  après un repos forcé de six mois, elles vont être des dizaines à se lancer dans la compétition, pour très peu d’élues, et des carnets de commandes qui ne redémarreront pas avant le 1er semestre 2012.

Cette situation est, et sera, très difficile pour les petites entreprises, comme pour les sociétés ne disposant pas d’une grande trésorerie. Quoi qu’il arrive, le marché des centrales supérieures à 100 kW, en toiture et au sol, devrait se restructurer profondément en faveur des entreprises les plus solides.

Sept appels d’offres prévus pour les puissances de 100 à 250 kW

Un premier appel d’offres portant sur des installations respectant les critères d’intégration simplifiée au bâti, de puissance unitaire comprise entre 100 et 250 kW, est lancé le 1er août. Les candidats ont jusqu’au 20 janvier 2012 pour y répondre. Le cahier des charges est disponible sur le site de la Commission de régulation de l’énergie (www.cre.fr). Ce premier appel d’offres vise le développement de 120 MW cumulés.

De janvier 2012 à l’été 2013*, six autres appels d’offres du même type seront lancés, pour une puissance cumulée de 180 MW (30 MW par période). Au total, le gouvernement planifie donc 300 MW, soit deux années et demie de trajectoire cible sur ce segment (120 MW/an).

La compétition se fera sur le prix du MWh proposé. Seuls les projets nouveaux pourront candidater (et ceux bénéficiant d’un contrat d’achat dans les conditions tarifaires définies dans l’arrêté du 4 mars 2011). Les ombrières de parking ne sont pas acceptées. Les centrales devront être mises en service dans un délai de 18 à 24 mois suivant la durée des travaux de raccordement, à compter de la notification de la décision de développement.

Les fournisseurs de modules et autres supports photovoltaïques devront être certifiés ISO 9001 et ISO 14001 (ou équivalents). La récupération des panneaux en fin de vie est à la charge de l’exploitant, qui devra les confier à un organisme spécialisé dans le recyclage.

Un appel d’offres en gestation pour les puissances supérieures à 250 kW 

Par ailleurs, un avis d’appel d’offres a été publié par la France au Journal Officiel de l’Union Européenne le 30 juillet et porte sur les installations photovoltaïques de plus de 250 kW (grandes toitures et centrales au sol). Il concernera une puissance cumulée maximale de 450 MW, soit deux années et demie de trajectoire cible (180 MW/an), dont 50 MW prévus sur des bâtiments.

Cet appel d’offres sera lancé le 15 septembre (publication du cahier des charges), et sera clôturé le 8 février 2012. Les candidats seront sélectionnés sur la base du prix, de l’impact environnemental, de l’innovation industrielle et du délai de réalisation. Quatre lots spécifiques sont prévus pour soutenir les technologies innovantes : photovoltaïque à concentration, suiveurs solaires (trackers), installations avec stockage d’énergie dans les départements d’outre-mer et solaire thermodynamique.

Plus de 1,6 GW solaire en France

La puissance cumulée du parc photovoltaïque installé en France était de 1.025 MW fin 2010, selon l’administration. Le parc a atteint 1.337 MW fin mars 2011 et dépassé 1.600 MW fin juin. Le file d’attente des demandes de raccordement chez ERDF est de 1.826 MW à fin juin. Avec les appels d’offres, le gouvernement planifie l’installation de 750 MW supplémentaires à l’horizon 2014, en plus des 200 MW par an prévus sur les installations inférieures à 100 kW.

Pour aller plus loin : 

– Le cahier des charges de l’appel d’offres des puissances comprises entre 100-250 kW

——–

*Les échéances respectives sont au 31 mars 2012, 30 juin 2012, 30 septembre 2012, 31 décembre 2012, 31 mars 2013, 30 juin 2013. Une offre refusée à un appel pourra retenter sa chance à l’appel suivant. Le dépôt d’une offre pour une période donnée ne sera possible qu’après la fin de la période précédente.