Aux USA, le vert, oui, mais américain !

Print Friendly, PDF & Email

Signe de l’inquiétude des Américains face à une Chine plus verte qu’eux, quatre sénateurs démocrates viennent de demander au gouvernement de bloquer les milliards d’aides aux énergies renouvelables pour ceux qui n’utilisent pas des matériels fabriqués aux Etats-Unis.

Menés par le remuant sénateur de New York Chuck Schumer, ces quatre élus ont de nouveau cité le tollé suscité par l’annonce d’un vaste parc éolien texan équipé d’éoliennes chinoises, qui devrait pouvoir toucher de très importantes subventions de l’Etat fédéral, ce qui a beaucoup choqué dans le pays. Ils demandent que soient bloquées les aides jusqu’à l’adoption d’une loi qui empêcherait que les subventions financent des emplois à l’étranger.

Le Secrétaire à l’Energie Steven Chu, grand ordonnateur des aides du plan Obama, a répliqué que cela pourrait au final coûter des emplois aux Etats-Unis, mais cette initiative montre que ce sujet divise même la majorité démocrate.

Des mesures protectionnistes demandées

Car cette préoccupation monte outre-Atlantique, comme en atteste un nouveau rapport de deux associations, Apollo Alliance et Good Jobs First, baptisé « Gagner la course : comment les Etats-Unis peuvent dominer l’économie verte mondiale », véritable plaidoyer pour lutter contre la concurrence asiatique.

Selon ses auteurs, les Etats-Unis doivent impérativement développer une industrie capable de répondre à la croissance du marché des greentech, faute de quoi ils perdront la course pour être le leader mondial de ce secteur, ainsi que les centaines de milliers d’emplois qui vont avec.

Ce rapport dresse un constat inquiétant : les Etats-Unis importent, selon lui, 70% des composants destinés à leur production d’énergies renouvelables. Et si cette tendance continue, le pays perdra 100.000 emplois dans les industries des énergies propres d’ici 2015 et près de 250.000 emplois d’ici 2030.

Des subventions américaines investies en Chine

Le rapport analyse les subventions distribuées par le gouvernement américain pour la création d’usines de matériels destinés à la production d’énergie solaire ou éolienne : sur les 90 entreprises qui ont reçu des fonds pour investir aux Etats-Unis, 23 ont parallèlement investi dans des sites équivalents en Chine, en Inde, au Mexique et en Malaisie. Conclusion des auteurs du rapport : ces 23 entreprises ont en partie utilisé les fonds de Washington pour investir dans ces pays aux bas salaires.

« Ce pays a besoin d’une stratégie de développement des énergies propres qui puisse s’assurer que les emplois créés dans ce secteur resteront aux Etats-Unis et que la croissance des énergies propres dans des pays à bas salaires, comme la Chine, n’est pas indirectement subventionnés par les Etats-Unis”, martèle le rapport.

Pour éviter que les emplois du green business ne partent dans les pays à bas coûts, Greg LeRoy, de Good Jobs First, demande une nouvelle politique, dont des aides pour que les PME se dotent d’outils d’efficacité énergétique et adaptent leur production au secteur des énergies propres, ainsi qu’une formation adaptée des salariés américains.

Article précédentProjet européen Biocore : de la biomasse comme biocarburant (Premium)
Article suivantSP3H, expert de l’analyse des carburants, lève 2,5 millions (Premium)

4 COMMENTS

  1. Leur protectionisme est une façon de répondre à celui de la Chine : par exemple, en Chine, dans la construction des turbines à éolienne, 70 % des composants utilisés doivent être fabriqués en Chine. Et lorsqu’on entend ici que 70 % des composants des energies renouvelables aux Etats unis sont importées (… beaucoup proviennent de Chine j’imagine!), on peut comprendre que les Américains montent au créneau. Et nous ferions bien, nous Européens, d’en prendre de la graine.
    Par ailleurs, la Chambre de Commerce européenne rapporte qu’aucun fabriquant étranger d’éolien n’a encore reçu de concession en Chine depuis 2005, malgré la croissance foudroyante du secteur…Un autre exemple dans le photovoltaïque, La Chine, qui produit 60% des volumes mondiaux de cellules photovoltaïques à base de Si polycristallin, a interdit les importations de Silicium déclassé…
    Je pense que des mesures protectionnistes en direction exclusive de la Chine, en réponse à leur propre protectionnisme démesuré, me semble une solution quasi-vitale pour notre économie.

  2. Face au puissant empire Jaune teinté de Rouge s’emparant du marché Vert, va t-on assister à une vague de protectionnisme américain?

    Pas sur que ces messieurs du congres aient la lucidité de voir que même le protectionnisme ne suffira pas… c’est à dire que seule des politiques de régulation et de planification dans la plupart des secteurs clés (énergie, alimentation, bâtiment) permettraient d’amorcer l’immense bouleversement sociétal nécessaire aujourd’hui pour assurer aux US un leadership « durable », alors bon, on peut toujours rêver…
    Ah oui mais Stop! On est entrain d’attaquer une des libertés fondamentales : le (néo)libéralisme !

    Allez, rendez vous dans 5, 10 ou 20 ans, pour rapatrier les rescapés du bolide US, celui qui fonce déjà (malheureusement) droit dans le mur.

Comments are closed.