Le solaire 50% moins cher en un an, l’éolien en baisse de 18 à 20% (étude)

Print Friendly, PDF & Email

D’ici fin 2009, le prix moyen de l’énergie solaire (c’est à dire le prix du kilowatt- heure sur 20 ans, hors subventions) affichera une baisse de 50% par rapport à 2008, et celui de l’éolien de 18% à 20%, selon une analyse de New Energy Finance.

« Jusqu’à cette année, le déclin continu des coûts des équipements dans des secteurs comme le solaire et l’éolien a été largement compensé par la hausse des coûts du financement », a  commenté Michael Liebreich, PDG de New Energy Finance. « Mais d’ici la fin de l’année, comme les marchés des capitaux se détendent et que les prix des équipements continuent à reculer, nous verrons le coût des énergies renouvelables hors solaire baisser de 10% par rapport à fin 2008, et bien plus pour le solaire ».

Solaire: – 50%

Le prix des panneaux photovoltaïques a continué à diminuer, même si le rythme de la baisse s’est ralenti. Les cellules solaires à couches minces restent les moins chères, avec des installations qui ne coûtent pas plus de 3 dollars/watt, ce qui représente 25% de moins que les installations photovoltaïques de cellules en silicium, pourtant elles aussi en baisse grâce à la diminution continue du prix du silicium.

Ce sont les projets solaires équipés de systèmes de « tracking » (qui permettent aux panneaux de suivre les mouvements du soleil) qui ont vu la plus faible réduction de coûts, car les prix des trackers sont restés fermes face aux panneaux solaires.

Eolien: – 18 à – 20%

Dans l’éolien, estime New Energy Finance, bien que les transactions aient été peu nombreuses, les prix des turbines ont chuté à leur plus bas niveau en plusieurs années, avec une baisse de 18 à 20% par rapport à début 2008. Jusqu’ici, cette baisse a été presque complètement compensée par une augmentation du coût du financement.

Dans le secteur offshore, les coûts en revanche continuent à augmenter car les projets prévoient des installations dans des eaux de plus en plus profondes, avec des besoins en capitaux de plus en plus lourds et des problèmes de construction de plus en plus complexes.

Mais avec le rétablissement des marchés financiers, les projets tant terrestres qu’offshore devraient voir leur coût moyen commencer à descendre.

Géothermie

Pour la géothermie, gourmande en capitaux à cause des coûts des forages, les coûts moyens sont particulièrement sensibles aux fluctuations des marchés financiers, et les financements ont été plutôt rares cette année. En début d’année, les coûts du forage ont chuté de 50% car les équipements de forage ont été surabondants à cause de la baisse du coût du pétrole. Mais ils se sont redressés au second trimestre, parallèlement au coût du baril. Au 3e trimestre, le coût moyen du forage a remonté de 8 à 10% mais il devrait rester stable en fin d’année.