Mitsubishi i-MiEV : à 29 950 € en France ?

Print Friendly, PDF & Email

mitsubishi-i-miev-2-bigL’intérêt suscité par l’i-MiEV impressionne, et se retrouve renforcé depuis la quasi-annulation de la BlueCar. Propulsée depuis cette annonce seule en tête de la course à la première offre tangible de voiture basée sur du 100% électrique, l’i-MiEV vient même de se voir attribué par le jury du Tokyo Motor Show le trophée de la voiture embarquant la technologie la plus avancée. Alors qu’un lancement dans l’Hexagone semble aujourd’hui clairement se profiler pour la fin 2010 – début 2011, une question reste sur toutes les lèvres : à quel prix ? Au jour d’aujourd’hui, impossible d’obtenir une réponse de Mitsubishi, qui souhaite garder toutes les cartes en main pour encore quelque temps. Nous nous essayons donc à un petit exercice : deviner quel pourrait être le prix de vente hexagonal de l’i-MiEV électrique, ou plutôt de sa soeur jumelle la Peugeot iOn !

Un prix japonais décortiqué

L’i-MiEV électrique est aujourd’hui commercialisée 3,210 millions de yens au Japon, soit 23 443 €. Ces 3,210 millions intègrent une prime gouvernementale de 1,390 millions, ce qui ramène le prix de vente « net pour Mitsubishi » à 4,600 millions (33 599 €). Un tarif qui intègre encore la TVA, de seulement 5% au pays du soleil levant. Le prix hors taxes se monte donc à 4,370 millions de yens, soit 31 914 € HT.

Certaines hypothèses font baisser le prix

La première des hypothèses est celle du modèle de vente. Renault semblant décidé à vendre les voitures et « louer » les batteries, il n’est pas impossible qu’une offre du même type voit le jour pour la France, ou ait un rôle quelconque sur le modèle de vente. Nous supposerons donc pour simplifier la réflexion que Mitsubishi commercialisera l’i-MiEV (ou la Peugeot iOn) sur un modèle traditionnel de vente voiture + batterie. Le délai d’une année supplémentaire avant la commercialisation en France quant à lui devrait permettre à Mitsubishi de faire baisser ses coûts de revient (amortissement partiel de la R&D engagée, économies d’échelle…). La concurrence commencera également à pointer le bout de son nez, ce qui pourrait jouer pour une baisse de prix. Enfin, notre petit doigt nous indique que Peugeot dotera sa iOn d’une batterie un peu moins performante (130 km d’autonomie au lieu de 160 km sur l’i-MiEV), ce qui pourrait faire une économie sur le prix de revient de 1 000 € environ, selon nos estimations.

D’autres le font augmenter

D’un autre, les constructeurs japonais pratiquent souvent des tarifs supérieurs en Europe à ce qu’ils pratiquent au Japon (l’exemple de la Toyota Prius en est caricatural). De même, la rareté relative de l’i-MiEV combinée avec un succès commercial au-delà des espérances ne devraient pas faire jouer la loi de l’offre et de la demande en faveur d’une baisse substantielle des prix. De même que les coûts de transports (l’acheminement des voitures jusqu’en France, en supposant qu’aucune usine hexagonale ne voit le jour), bien que relativement faibles pour un véhicule de ce type, tireront les prix vers le haut. L’inflation, quant à elle, devrait être très faible, ne jouant probablement aucun rôle à aussi court terme.

Au final…

Au final, nous faisons le pari que tous ces éléments se compenseront plus ou moins, et que le marketing commercial prendra le dessus, afin d’obtenir un prix juste en-dessous d’un plafond (les fameux 199 € au lieu de 200 €). Si l’on reprend les 31 914 € HT, qu’on y retire les 1 000 € que la Peugeot iOn économisera sur la batterie et qu’on applique le taux français de 19,6%, nous obtenons 36 973 € TTC, auquel il faudra très probablement retrancher 5 000 € de prime gouvernementale dédiée aux véhicules totalement décarbonés, soit 31 973 € TTC. L’effort à fournir pour passer en-dessous des 30 000 € ne semble pas insurmontable et donnerait un tout autre attrait à l’i-MiEV / iOn. Nous pouvons ainsi raisonnablement penser que le prix de commercialisation pourrait tourner autour des 29 950 € TTC en France…

L’économie à l’usage

Sans rentrer dans de complexes calculs, nous pouvons estimer qu’un moteur thermique équivalent consommera durant les dix premières années de sa vie 17 289 € de carburant (hypothèses empruntées à cette comparaison tarifaire BlueCar vs Clio), tandis que l’i-MiEV électrique impliquera un surcoût sur sa facture d’électricité de 3 380 € environ (en supposant que les recharges s’effectueront pour moitié en heures creuses). A vous d’en tirer vos propres conclusions !