Feu vert pour Autolib’, les véhicules électriques en libre-service (Premium)

Print Friendly, PDF & Email

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a annoncé que l’appel d’offres d’Autolib’, le futur système de location de voitures électriques en libre-service, serait lancé avant fin 2009. L’appel d’offres ...

Article précédentEn Espagne, d’anciens téléphones publics pour alimenter les voitures électriques
Article suivantSun Synergies s’approvisionne chez Urbasolar (Premium)

3 COMMENTS

  1. « Bertrand Delanoë n’a donné qu’une indication : pas de voiture deux places. » ???

    A 100 % d’accord avec le projet auto’lib, cependant, je m’interroge comment cette ‘indication’ est-elle fondé, par qui, par quoi ?

    Il semble que l’usage et l’utilité de ce type de service sera dans l’écrasante majorité destiné à une personne, et quelquefois désirant accompagner une autre personne ou / et éventuellement transporter un peu de fret (la plupart des rendez-vous et des rencontres, professionnelles, amoureuses, etc. se font a deux semble t-il ?)
    Je roule en deux-roues motorisé dans Paris depuis 47 ans, j’observe, que ça soit en bagnole ou en scooter, il y à toujours qu’une personne à bord, le conducteur, (et pour cause) exceptionnellement deux personnes. En scooter le passager est également occasionnel, surtout le vendredi et samedi soir à la belle saison, c’est fou le nombre de couple s’offrant une sortie.

    Donc, deux places est suffisant dans 90 % des courses.
    Par contre une critique devant être constructive, pourquoi ne pas envisager sur les 4 000 véhicules prévues d’ouvrir l’offre et de mettre en circulation des véhicules deux places, des trois places, et même des quatre places selon les besoins.

    Et maintenant, ‘gâteau sur la cerise’, ex :
    Soit une petite voiture, deux places de front, (500 kilos) scotché dans les embouteillages.
    Soit un ‘Commuter’ deux places en tandem (250 kilos, plus économe et moins cher) mobile et efficient !

    A l’image du succès des motos taxi au sorties des aéroports et gares, il semble plus performant d’utiliser un véhicule étroit. (Des concepts de véhicules quatre roues, inclinables étroits, et stables existes)

    Pour ma part, descendre en train à Antibes, et réserver un véhicule chez Vu-Log et galérer dans les embouteillages du centre ville en petite voiture, franchement, ayant les capacités et les compétences pour maitriser un deux-roues, je préférerais personnellement utiliser un ‘Commuter’
    Il en faut pour tous le monde !
    Bref ! Il faudrait plutôt créer une gamme de véhicules’lib, deux places, trois places, et plus si nécessaire ! L’efficience du projet auto’lib y gagnerait.

    « Ce qu’il manque encore dans notre panoplie de véhicules est celui qui nous offre la mobilité individuelle, agile, peu énergivore, confortable et qui offre la sécurité que nous trouvons dans nos voitures d’aujourd’hui. C’est à dire : la ‘Navette Individuelle’, ou ‘Commuter’.

    Le terme générique employé par les anglophones pour ce concept est ‘commuter vehicle’ ce qui indique directement pour quoi il sera utilisé, faire la navette entre domicile et travail.
    Le ‘Commuter’ pourrait prendre la place de la seconde voiture.
    Le ‘Commuter’ pourrait être efficace en autopartage.
    Le ‘Commuter’ pourrait être efficace en covoiturage.
    Le ‘Commuter’ pourrait être efficace en taximoto.
    Le ‘Commuter’ pourrait être efficace à la location.

    Le potentiel est planétaire.

    Patrick Tonnelier

Comments are closed.