Une télévision qui s’éteint toute seule si personne ne la regarde

Print Friendly, PDF & Email

Sony a lancé un téléviseur capable de s’éteindre si personne ne le regarde : en réponse aux critiques contre la  voracité énergétique des téléviseurs, notamment les télés, le groupe a équipé sa nouvelle TV LCD, le modèle VE5, d’un « capteur de présence » placé sous l’écran, qui détecte si plus personne n’est présent dans la pièce ou si le téléspectateur s’endort et devient donc complètement inerte.

En ce cas, au bout de 30 minutes sans mouvement repéré, l’écran s’éteint tout seul, mais pas le son, ce qui permet à quelqu’un qui sort temporairement d’une pièce de continuer à suivre son émission.

Si personne ne revient au bout de 30 minutes, le téléviseur se met automatiquement en veille. Mais l’image se rallume instantanément si le capteur détecte un mouvement.

Autre innovation, un capteur de lumière qui ajuste automatiquement la luminosité de l’écran à celle de la pièce. Ce qui économise de l’énergie et améliore le contraste des images en abaissant la luminosité de l’écran quand il est réglé trop fort dans une pièce peu éclairée.

Et puis — ce qui est paradoxalement une nouveauté ! – pour la première fois chez Sony, cette télé comporte un bon vieux bouton  « marche-arrêt » manuel, placé sur le poste, qui coupe entièrement le courant. Et quand on le rallume, il est aussitôt complètement opérationnel, sans passer par une phase de relance.

D’après Sony, ce modèle consomme en moyenne  129  à 153 watts selon sa taille, contre 217 et 263 watts pour les modèles de la même taille de la gamme précédente, soit 40% d’énergie de moins.

De quoi redorer l’image de Sony, qui n’est pas épargné par le classement régulier de Greenpeace des appareils électroniques polluants, même s’il n’est pas parmi les plus critiqués.

.

Mais cela peut aussi être offrir un argument commercial bienvenu alors que le groupe est sur le point d’annoncer 2.000 licenciements, d’abaisser ses prévisions et de fermer l’une de ses usines de téléviseurs au Japon.