Jeu video + compteur intelligent ?

Print Friendly, PDF & Email

jeuvideo

Et si les futurs compteurs électriques intelligents, ceux qui dans quelques années devraient piloter nos appareils ménagers et notre consommation électrique, étaient aussi ludiques ? Un professeur de l’Université de Stanford a proposé de marier ces compteurs à des jeux vidéo en réseau. Son idée : le jeu vidéo serait bien plus motivant qu’une économie sur la facture. Plus on économisera d’énergie plus on gagnera de points. Un moyen peut-être de changer les comportements plus vite que n’importe quelle campagne.

Ces compteurs comporteront d’emblée beaucoup d’électronique : les données de mesure et de gestion de la consommation électrique et éventuellement de chaque appareil seront envoyées sur votre ordinateur ou votre téléphone portable, qui pourra afficher par exemple le tableau des économies réalisées, la consommation du lave-vaisselle ou intégrer les tarifs d’heures creuses, le tout sur internet. Rien d’étonnant qu’Intel et Google s’y intéressent.

D’où l’idée du professeur Byron Reeves, lancée lors d’une conférence sur le climat sponsorisée par Stanford : le jeu video (cf cette démo produite pour la conférence, développée par l’agence Millions of Us.) montre comment les joueurs seraient en compétition pour  que leur maison soit la plus économe du monde virtuel.

Expert en psychologie des médias, le professeur Reeves a scruté le haut niveau d’implication des joueurs de jeux en réseau comme World of Warcraft, qui attirent des dizaines de millions de personnes, qui s’investissent émotionnellement dans leur personnage virtuel, qu’il veulent améliorer en atteignant des objectifs, et surtout peuvent gagner les plus hauts scores quand ils s’unissent en équipe. Exactement ce qu’il convient pour un but aussi collectif que les économies d’énergies.

Le concept intéresse les compagnies d’électricité, selon M. Reeves, et même le ministère américain de l’Energie. Les compagnies dépensent déjà beaucoup pour encourager les économies d’énergie, alors pourquoi pas par le biais d’un jeu ? Un jeu qui devrait être porté par le succès prédit à toutes les technologies des smartgrid, la gestion intelligente de l’énergie.

En France aussi, l’idée d’utiliser un jeu comme outil pédagogique fait surface : Clim’ City, est un jeu « éco-citoyen » gratuit en ligne, lancé par une association scientifique de Bordeaux. Son but: diviser par quatre les émissions de CO2 d’une ville virtuelle, en l’espace de 50 ans – exactement l’objectif français dans le monde réel.

Cette ville (voir photo en haut) comprend tout : un centre plein de gratte ciels, des champs cultivés alentour, des usines, des centrales thermiques, un port de plaisance et même une station de ski – bien sûr, si le joueur échoue, la neige disparaîtra et le ski avec.

Les données sur la pollution sont celles d’une ville française type de 100.000 habitants. Ce qui est très intéressant, c’est de prendre conscience que tout pollue : les résidences hôtelières à la neige ou à la mer, les champs de vignes, les éoliennes elle-même, les voitures, les habitations, les centrales, les industries…

Le joueur peut essayer de réduire les émissions de CO2 des activités économiques et des habitants, via 250 actions possibles, comme créer une association citoyenne, mieux isoler les habitats, installer des voitures électriques, des panneaux solaires sur les toits, etc.

Sans action, les émissions et la consommation énergétique continuent de croître. Ce qui permet de réaliser que même en multipliant les actions, y compris les plus coûteuse, l’objectif est difficile à atteindre et nécessite d’utiliser toute la panoplie à disposition.