Batteries au lithium : A123 veut être le champion américain

Print Friendly, PDF & Email

A123Systems veut construire aux Etats-Unis une série d’usines de production à grande échelle de batteries au lithium, pour 2,3 milliards de dollars. Le groupe américain s’est porté candidat auprès du gouvernement américain pour obtenir un prêt de 1,8 milliard pour ces sites dont le premier doit être installé dans le Michigan.

Il pourrait ainsi fournir d’ici 2013 de quoi équiper chaque année 5 millions de véhicules hybrides ou 500.000 véhicules tout électrique, et satisfaire les constructeurs américains qui réclament depuis des mois à cors et à cris — notamment Tesla — la naissance d’un gros producteur américain de batteries, tant ils craignent de dépendre des leaders du marché, les Japonais.

Les usines d’A123 créeraient au total 14.000 emplois, explique-t-il. Le groupe compte déjà parmi ses clients 7 fabricants de véhicules éléctriques ou hybrides (dont les grands américains) avec 19 modèles en tout, qui soutiennent son projet. Parmi eux des patrons de Chrysler, GM et Better Place, cités dans le communiqué d’A123, expliquent tout le bien qu’ils pensent du projet.

A123, créé en 2001, issu des recherches du MIT, et financé au départ par une subvention de 100.000 dollars du Département de l’Energie, compte parmi ses clients AES, BAE Systems, Black and Decker, Cessna, Chrysler, General Motors, Better Place, et le scandinave Think. Le communiqué d’A123 cite aussi plusieurs parlementaires, un signe de l’appui politique dont le groupe bénéficie.

Mais il faut aussi compter avec la toute récente méga-alliance entre 14 firmes américaines pour développer des batteries lithium-ion pour voitures électriques, dont ne fait pas partie A123,  et qui est soutenue par le laboratoire fédéral Argonne (Argonne National Laboratory). L’Alliance  réclame au gouvernement américain 1 à 2 milliards de dollars d’investissements sur 5 ans, et elle aussi espère bien être soutenue par l’administration Obama.