L’Europe de l’est se couvre de parcs éoliens

Print Friendly, PDF & Email

eoliennes en PologneDe la Roumanie à la Hongrie en passant par la Pologne, l’Europe de l’est joue à fond la carte de l’éolien. La compagnie d’électricité tchèque CEZ va construire en Roumanie le plus grand parc éolien terrestre de la région : elle vient de racheter à Continental Wind Partners deux sites en construction, dans la province de Dobrogea, près de la mer noire, représentant une capacité de 600 mégawatts pour un investissement de 1,1 milliard d’euros. Le début de la production est prévu pour fin 2010. L’entreprise publique Electrica avait déjà annoncé il y a quelques semaines la construction d’un parc éolien, beaucoup plus modeste, à Sacele, dans le sud-ouest du pays. Aujourd’hui, l’énergie éolienne est encore marginale en Roumanie avec une capacité installée d’un peu plus de 8 MW, selon l’European wind energy association (voir tableau ci-dessous).

 

La Roumanie n’est pas un cas unique : les investissements se multiplient dans toute l’Europe de l’est, bien décidée à refaire une partie de son retard sur l’Europe de l’ouest. Des vents fréquents, les objectifs de l’Union européenne de réduction des émissions de CO2 de 20% d’ici à 2020 et des subventions importantes accordées par les gouvernements : tout concourt au développement de l’éolien, moins cher et plus adapté dans ces contrées pour une utilisation massive que la biomasse ou le solaire.

 

Des espagnols Endesa et Iberdrola aux allemands RWE et E.ON, tous les grands groupes européens prennent des positions sur ces marchés, profitant d’une relative faiblesse des producteurs locaux. Selon le cabinet EER (Emerging energy research), la croissance annuelle de la production éolienne devrait être à deux chiffres d’ici à 2012 dans la région. 

 

La Pologne, très ventée, fait figure de leader avec déjà une capacité installée de 276 MW fin 2007. Mi-2009, quatre nouveaux parcs éoliens, près de la mer Baltique, d’une capacité de 146 MW, devraient entrer en service. 65 turbines seront installées, gérées par l’entreprise danoise Scan Energy. L’allemand RWE a également des projets en Poméranie et en Masurie pour une capacité de 200 MW. Green Bear, une société domiciliée au Luxembourg mais dont le siège opérationnel est à Varsovie, veut construire 1,2 GW de capacités éoliennes, pour un investissement de 1,8 milliard d’euros. Le gouvernement polonais soutient activement la filière éolienne et vise 1600 MW de puissance installée en 2010, soit cinq fois plus qu’aujourd’hui, alors que l’European wind association table sur 1000 MW à cette échéance.

 

En Hongrie, un investissement de 74,7 millions d’euros par la société allemande Wallenborn est en cours pour l’installation d’un parc de 48 MW dans le sud-ouest du pays. 24 éoliennes d’une capacité de 2 MW chacune seront installées par le danois Vestas. Avec 126 GW de production annuelle, ce parc pourrait fournir à terme de l’électricité à quelque 31 500 foyers de quatre personnes. Sa construction devrait être terminée d’ici à la fin de l’année.

 

En Estonie, c’est un parc de 39 MW qui devrait être opérationnel mi-2009. Ce premier projet d’envergure pour le pays est construit par le producteur local Eesti Energia pour un coût de 57 millions d’euros. Enfin, en Bosnie-Herzégovine, la compagnie locale EP HZHB construit 3 parcs d’une capacité de 128 MW.