En 2030, du solaire pour 4 milliards de personnes ?

Print Friendly, PDF & Email

panneaux solaires en AllemagneL’énergie solaire est toujours en pleine forme : fin 2007, les capacités installées dans le monde atteignaient 9200 MW, contre 1 200 MW fin 2000, selon le 5ème rapport « Solar generation », publié par l’European photovoltaic industry association (EPIA) et Greenpeace. Depuis 1998, les installations de panneaux et cellules photovoltaïques affichent un taux de croissance annuel moyen de plus de 35%. L’industrie solaire mondiale pèse plus de 13 milliards d’euros par an et emploie 119 000 salariés.

 

Les cinq plus gros marchés restent l’Allemagne, l’Espagne, le Japon, les Etats-Unis et l’Italie. L’énergie solaire, dont le développement est directement lié aux politiques publiques de soutien (avec notamment des tarifs de rachat avantageux pour les investisseurs) devrait, selon le rapport, devenir compétitive par rapport aux énergies traditionnelles en 2015 dans les pays d’Europe du sud et en 2020 dans l’ensemble des pays européens. En France, les capacités installées devraient atteindre 5,4 GW d’ici à 2020. Le marché pourrait atteindre 2,4 milliards d’euros en 2012, sur la base des prix actuels. Ce qui susciterait la création de 13 000 emplois directs et 6 000 indirects.

 

Dans les prochaines années, la croissance devrait rester très forte dans le monde entier. Le rapport présente deux scénarios d’évolution d’ici à 2030 : le plus avancé est basé sur des conditions de marché très favorables (soutiens accordés par les gouvernements à la filière, tarifs de rachat avantageux…) et sur une baisse des coûts de production, l’autre sur un engagement public moins actif. Résultats ? Dans le premier cas, 1 864 GW de capacités seraient installées (en cumulé) dans le monde, ce qui permettrait de produire 2 600 TWh d’électricité par an, soit 14% de la demande. Plus de 4 milliards de personnes sur la planète (1,3 milliard dans les zones développées et plus de 3 milliards dans des zones isolées) bénéficieraient d’une électricité d’origine solaire. Soit un marché mondial de 454 milliards d’euros et près de 10 millions de salariés travaillant dans le secteur. La seconde hypothèse s’établit à 912 GW de capacités installées, pour un marché pesant 204 milliards et 3,7 millions de salariés (le détail des deux scénarios ci-dessous).

 

 

 

Quelle que soit la perspective retenue, les investissements dans le solaire continueront à croître très rapidement, pour les installations mais aussi par exemple pour le silicium nécessaire à la fabrication des panneaux. Entre 2008 et 2010, plus de 4,1 milliards d’euros seront investis dans de nouvelles capacités de production de silicium pour le solaire. Tant qu’elles ne seront pas opérationnelles, l’industrie photovoltaïque sera en compétition avec l’industrie des semi-conducteurs pour les approvisionnements. Ce marché est d’ailleurs de plus en plus bataillé : le japonais Sharp a perdu sa place de leader en 2007 au profit de l’allemand Q-Cells (voir le graphique ci-dessous).

 

 Accéder à l’intégralité du rapport ici (en anglais)

(Photo : DR)