OTC Flow et C2E Market, signes de rationalisation des CEE

Print Friendly, PDF & Email

Lancée la semaine dernière, la place d’échanges de certificats d’économies d’énergie C2E Market a fait ses premières cotations autour de 8€/MWh cumac* pour les transactions spot, puis un peu moins cher sur les quatre semestres à venir, « avec une quarantaine d’ordres actifs et des volumes en ligne avec notre objectif minimal de 1 TWh par mois », annonce son cofondateur Marc La Rosa.

Ce nouveau protagoniste veut apporter de la liquidité et de la transparence tarifaire dans un marché qui en manquerait à ses yeux. Unique dans son genre pour l’instant, il n’est pourtant pas le seul à afficher cet objectif. Le courtier OTC Flow, basé à Amsterdam, fait aussi le constat que « pour les obligés, les CEE présentent un risque non négligeable, notamment parce que ces certificats peuvent être retoqués par l’administration pendant six ans, du fait de fraudes par exemple. Nous avons observé aussi des écarts de prix pouvant aller du simple au triple pour les mêmes opérations », explique Yves-André Mani, responsable CEE.

9 TWh cumac

Déjà actif dans le commerce de titres environnementaux – les garanties d’origine ou de capacités en particulier -, cet intermédiaire qui n’est rattaché ni à un fournisseur d’énergie ni à une structure délégataire applique aux CEE et depuis 2018 ses méthodes d’origination, de « pricing » et de sécurisation de ventes à terme. « Une équipe dédiée de sales-traders (négociateurs, NDLR) est en contact permanent avec le marché secondaire ...