Energies renouvelables, quelles opportunités pour la relance ?

Print Friendly, PDF & Email

[Compte-rendu] Consacré à la crise, à ses conséquences et aux meilleurs moyens de les surmonter, le webinaire de GreenUnivers a réuni virtuellement ce matin plus de 120 participants autour d’Elisabeth Ayrault, présidente du directoire de CNR, Louis Blanchard, directeur général de Qair, Eric Scotto, président d’Akuo, et Nicolas Wolff, vice-président et directeur général de Boralex Europe. Ces entreprises sont au coeur du sujet, présentes sur tout le scope des EnR, en France et à l’international. Quant à leurs dirigeants, ils ont livré une analyse détaillée sans langue de bois.

Quels impacts de la crise Covid-19 ?

« On a eu chaud », formule Eric Scotto en faisant allusion à la rupture momentanée de la chaîne d’approvisionnement photovoltaïque au premier trimestre. « Heureusement, les Chinois se sont vite remis au travail après le confinement et ont pu alimenter leurs clients. Nous avons perdu deux à trois mois » dans le développement de projets. Le dirigeant en tire quand même la conclusion qu’il faut réduire la dépendance à l’égard de l’Asie et que « réindustrialiser en Europe et en France est désormais logique ».

Nicolas Wolff, vice-président et directeur général de Boralex Europe

Ce délai dans l’avancement des projets en développement ou en construction paraît aussi « gérable » à Nicolas Wolff. Le vice-président et directeur général de Boralex Europe redoute en revanche les conséquences des retards d’instruction des dossiers par l’administration : « certains services sont restés actifs, d’autres ont été totalement à l’arrêt. Dans un an et demi, les sorties de projets subiront un creux. » La crise aggrave un phénomène chronique à ses yeux, « la difficulté en France à appliquer les décisions, car l’administration est lente et rigide, avec des traitements disparates d’une région à l’autre ».

Ces différences de comportements, ...