L’Allemagne teste le vehicle to grid pour le soutien à l’éolien

Print Friendly, PDF & Email
@ Nissan-TenneT

Des voitures électriques vont-elles assurer l’équilibre du réseau en Allemagne ? C’est en tout cas techniquement possible, d’après les conclusions d’une expérimentation menée ces derniers mois. Le problème est connu : la disparité géographique entre les zones de production d’énergies renouvelables dans le nord du pays – l’éolien en particulier – et les zones de consommation dans le sud. Pour y remédier, un projet pilote de vehicle to grid a été mené par ...

le gestionnaire de réseau TenneT avec le constructeur automobile Nissan et le spécialiste de la recharge électrique The Mobility House.

Démontrer la faisabilité

Cette disparité géographique crée des risques d’engorgement du réseau électrique allemand. Pour les éviter, les gestionnaires de réseau doivent écrêter la production des éoliennes dans le nord. Dans le même temps, des centrales conventionnelles doivent être démarrées dans le sud, ce qui induit des surcoûts (et une hausse des émissions de CO2). Interrogé par GreenUnivers, The Mobility House cite l’exemple du premier trimestre 2019, lors duquel ces opérations de rééquilibrage ont représenté en Allemagne 3,3 TWh et un coût de 364 M€. Son partenaire dans ce projet Nissan chiffre quant à lui à 2 Mds€ le coût sur une année.

Pour éviter ces écrêtements de production, l’idée est de stocker au nord les surplus de production dans des batteries de voitures électriques. Et de faire appel à d’autres voitures dans le sud pour injecter de l’électricité dans le réseau en fonction du besoin local. C’est ce qui a été testé dans ce projet, à petite échelle : moins de 10 voitures, fournies par Nissan, réparties entre le nord et le sud de l’Allemagne. Ces voitures ont été utilisées par des agents du gestionnaire de réseau dans le cadre de leur activité professionnelle quotidienne. 

En attendant un cadre réglementaire

Les partenaires du projet ne donnent pas de résultats chiffrés à ce stade, là n’était pas l’enjeu selon eux. « L’objectif était de démontrer techniquement au gouvernement allemand comment l’utilisation de véhicules électriques comme installation de stockage temporaire permettait une gestion efficace de l’énergie », explique Nissan. Le projet a aussi permis à The Mobility House de faire la démonstration de sa solution de pilotage de la recharge, ChargePilot, également testée avec Renault et Nissan sur l’île de Porto Santo, dans l’archipel de Madère.

The Mobility House entrevoit la possibilité d’un modèle économique pour le vehicle to grid, mais plutôt à l’horizon 2030. Après un essai mené dans la ville allemande d’Hagen début 2019, l’entreprise estime possible de gagner jusqu’à 1 000€ par an et par voiture grâce au vehicle to grid. Mais il s’agit d’un maximum et la somme exacte dépendra du cadre réglementaire. La mise en place d’une régulation adaptée, tout comme le déploiement de solutions de recharge bidirectionnelle, reste pour l’instant la priorité à court terme.