Transition maritime : Jean-Michel Germa investit dans Zéphyr et Borée

Print Friendly, PDF & Email
(@Zéphyr et Borée)

« Il y a trente ans, tout était à faire dans les énergies renouvelables. Depuis, nous avons bien avancé… Aujourd’hui, la mobilité offre de grandes perspectives, en particulier le transport maritime ». Fondateur de La Compagnie du Vent, revendue à Engie, et pionnier de l’éolien, Jean-Michel Germa concrétise en ce moment ses anticipations sur l’essor du transport maritime bas carbone. Il investit dans Zéphyr et Borée à hauteur de ...

25% du capital, à l’occasion d’une première levée de fonds.

Quatre voiles rigides géantes

Cette start-up nantaise tout sauf banale s’apprête à construire avec la compagnie maritime Jifmar Offshore Services un cargo transatlantique de 120 mètres, en partie à voiles et voué au transport des éléments de la fusée Ariane 6 entre l’Europe et la base de lancement de Kourou en Guyane française. Baptisé Canopée, équipé de quatre voiles rigides géantes de 375 m2, le navire doit être mis à l’eau à la fin de l’année prochaine et entrer en service en 2022. Il promet de consommer en moyenne 30% de carburant de moins qu’un navire conventionnel, mais restera propulsé à 70% par des carburants fossiles, via une solution hybride à base de gaz naturel liquéfié et de fuel maritime lourd.

En octobre dernier, la joint-venture formée par Zéphyr et Borée et Jifmar Offshore Services,  dénommée Alizés, a remporté l’appel d’offres lancé en 2017 par Ariane Group. Canopée aura pour vocation de collecter des morceaux du futur lanceur spatial dans plusieurs ports européens, comme Brême, Rotterdam, Le Havre et Bordeaux puis de les transporter vers l’Amérique du Sud.

Par l’intermédiaire de sa société holding Soper, dont il détient 100%, Jean-Michel Germa devient le deuxième actionnaire de Zéphyr et Borée, en compagnie des trois jeunes co-fondateurs Nils Joyeux, Victor Depoers et Amaury Bolvin. Ils ont créé leur entreprise en 2017 et travaillé en association avec l’architecte naval Marc Van Peteghem, créateur de l’aile rigide, devenu leur partenaire.

Bateau pilote électrique

L’intérêt de Jean-Michel Germa pour le transport maritime – il est présent aussi dans le solaire thermique – l’amène à s’intéresser à d’autres innovations. Sa société MGH (Maritime Green HOrizon), filiale de Soper, doit inaugurer en avril prochain une pilotine* électrique pour le port de Sète, les essais étant en cours. Hormis la propulsion électrique et la voile, ce dirigeant et investisseur s’intéresse à d’autres carburants bas carbone, biosourcés, liquides ou gazeux, par exemple sous forme d’hydrogène.

Coalition publique-privée pour décarboner

On notera aussi sa présence comme administrateur au sein du Cluster maritime français (CMF) et sa participation à la toute nouvelle coalition, inaugurée demain mardi 3 décembre par Emmanuel Macron, à l’occasion de la 15e édition des Assises de l’économie de la mer, à Montpellier. Cette alliance inédite pour la transition énergétique du maritime fait l’objet d’un convention entre l’Ademe et le CMF, signée le 13 novembre. Elle est soutenue par un club de partenaires cofinanceurs, présentée elle aussi demain lors des Assises. Elle comprend la compagnie maritime CMA-CGM, l’Ademe, le Bureau Veritas, EDF, Engie et la société de Jean-Michel Germa.

Cette initiative collective, avec entre autres une plateforme numérique participative, vise à faire émerger aussi vite que possible des équipements et des solutions bas carbone dans un secteur encore polluant. L’Organisation Maritime Internationale estime que pour respecter les objectifs fixés par l’accord de Paris, les émissions de CO2 des 70 000 navires en service dans le monde, qui consomment 330 millions de tonnes de carburant fossile par an, doivent être divisées par deux d’ici 2050. 

*Vedette rapide pour transporter le pilote à bord des navires en arrivée ou au départ.