Captage, stockage et utilisation du CO2 : un marché de dupes ?

Print Friendly, PDF & Email
(c) Equinor

Très en vogue au début des années 2000, puis partiellement occulté par l’essor massif des énergies renouvelables, la technologie de captage et stockage du CO2 (CSC, en initiales anglaises CCS) semble avoir de nouveau le vent en poupe. Dernier exemple en date, le traditionnel World Energy Outlook, que l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a publié cette semaine, considère désormais cette solution comme incontournable pour avoir une chance d’atteindre les objectifs climatiques à 2050. Elle la place d’ailleurs au troisième rang des priorités derrière l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables (EnR). Reste encore la question de l’équilibre économique et de l’impact réel sur la concentration du CO2 dans l’atmosphère.

80 Mt capturés chaque année

La capture du CO2 n’est pas un lointain horizon mais déjà une réalité. « On capture aujourd’hui 40 millions de tonnes de CO2 par an dans le monde, 80 millions de tonnes si on prend en compte la récupération assistée de pétrole », rappelle ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.