Efficacité énergétique : Accenta lève 4,7 M€

Print Friendly, PDF & Email
© Banque Européenne d’Investissement

Accenta, entreprise francilienne spécialisée dans les technologies de chauffage et climatisation bas carbone pour les bâtiments et écoquartiers, a levé 4,7 M€, à parité auprès du fonds de capital-risque Serena et du groupe Eren via sa filiale Eren TES (Pâris Mouratoglou). De son côté, Bpifrance soutient la société au travers d’un prêt de 500 000 €. Ces opérations vont permettre à l’entreprise d’accélérer son déploiement commercial initié l’année dernière, et d’embaucher une vingtaine de salariés.

Un financier et un industriel

Pierre Trémolière, président d’Accenta, ne cache pas sa satisfaction. L’entrée de deux poids lourds, l’un financier et l’autre industriel, donne du corps à son actionnariat et les moyens de ses ambitions. S’il ...

ne souhaite pas s’étendre sur la répartition du capital, il assure que les deux co-fondateurs, dont il fait partie, gardent la majorité des parts et donc le contrôle de l’entreprise.

Pour l’investisseur Pâris Mouratoglou, l’opération sonne comme une évidence : « le concept d’Accenta correspond exactement à l’ADN d’Eren qui signifie : Economie des ressources naturelles. Cette technologie est à mes yeux la seule qui convertit réellement les bâtiments au bas carbone par de faibles subventions. Par ailleurs, le logiciel élaboré par Accenta va booster les systèmes utilisés par nos filiales industrielles Fafco et Cryogel qui proposent justement des solutions de stockage de chaud et de froid. Il y a une véritable complémentarité », assure-t-il.

Cette levée de fonds fait suite à un premier tour de table de 1 M€ réalisé en 2017, au cours duquel plusieurs business angels ont investi : Pierre Kosciusko-Morizet (Kernel), Ludovic Le Moan (Sigfox), Thierry Roussel (ex Direct Energie) ou encore Michel Faure (X création).

Devenir leader du chauffage bas carbone

Si Pierre Trémolière ne souhaite pas afficher d’objectifs chiffrés, son ambition est grande : déployer massivement sa solution de chauffage bas carbone des bâtiments tertiaires. Un an après le début de la commercialisation, la société affiche quelques clients de renom : « Nous avons signé des commandes fermes pour la conception et/ou l’exploitation de systèmes énergétiques bas carbone pour un total de 450 000 m2. Cela comprend notamment un contrat avec Prologis, la première foncière mondiale de la logistique, pour 250 000 m2 d’entrepôts en région parisienne. Nous allons également équiper l’écoquartier « Les portes de Paris » d’Icade ou encore le siège social d’Airbus à Toulouse », se félicite-t-il.

Un attrait qu’il explique par la prise de conscience, essentiellement économique, des acteurs du secteur : « Nous percevons un réel appétit pour notre technologie, notamment de la part des décideurs du bâtiment, car ils prennent conscience du risque réel de dépréciation de leurs actifs énergivores. Notre objectif est de prendre le leadership sur ce segment de marché », explique Pierre Trémolière.

Le chef d’entreprise est soutenu par un cadre réglementaire favorable, notamment avec la parution récente de l’arrêté du décret tertiaire. « Bien que ce décret ait mis beaucoup de temps à aboutir, il représente une vraie révolution. Mesurer a posteriori la performance énergétique des bâtiments permet de s’attaquer à la réalité des consommations. Il y a encore des zones d’ombre, notamment dans les cas de multi-propriétés, mais l’important est que les seuils initiaux aient été conservés », estime-t-il.

Rendement de 98%

Le concept d’Accenta consiste à proposer un dispositif de chauffage bas carbone s’appuyant notamment sur le stockage inter-saisonnier. L’entreprise a élaboré un système qui capte les excédents de chaleur des bâtiments en saison chaude (notamment la chaleur fatale produite par les climatiseurs) pour les stocker dans des sondes géothermiques. Une sorte de géothermie inversée qui s’appuie sur trois années de recherche et développement avec le Centre d’Efficacité Énergétique des Systèmes d’Armines (Mines ParisTech), le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) et l’Ecole Polytechnique.

Selon Pierre Trémolière, ces recherches ont permis d’améliorer sensiblement l’état de l’art en la matière. Ainsi, le rendement du système Accenta atteindrait les 98% (2% de pertes liées à l’alimentation électrique des pompes) contre environ 70% jusqu’à présent. La technologie élaborée sur le Plateau de Saclay va d’ailleurs faire l’objet d’un brevet. Grâce à sa solution de captage et stockage de calories fatales, associée à une pompe à chaleur, Accenta estime pouvoir faire baisser la consommation énergétique des bâtiments jusqu’à 60%.