Valence va s’équiper d’un réseau de chaleur avec 50% d’EnR

Print Friendly, PDF & Email
© EVVA

En pleine modernisation de son réseau de chaleur, la ville de Valence (Drôme) a commencé la construction d’une chaufferie biomasse le 21 février. Elle sera constituée de deux chaudières à bois et consommera 20 000 tonnes de bois par an, collecté dans un rayon de 100 km maximum autour de la ville. Cette chaufferie, d’une puissance de 43 MW, devrait assurer une baisse d’émissions de 12 000 tCO2/an après sa mise en service à l’automne 2020.

80 GWh de chaleur en 2021

Entre 2017 et 2018, la première phase de travaux ...

a permis le remplacement de 55 sous-stations, la création de 20 de plus, la mise en service d’une chaudière au gaz naturel de 12 MW, ainsi que le raccordement de bâtiments publics. D’ici à août 2019, 3,3 km de réseau seront créés ou renouvelés pour relier la chaufferie au réseau existant (13 km alimentés par les énergies fossiles). En 2021, le réseau devrait s’allonger pour atteindre 22 km avec 102 sous-stations, et produire 80 GWh de chaleur – dont 50% minimum issue de la biomasse.

30 M€ d’investissement

Le développement, l’exploitation et la gestion du réseau revient à la société Énergies Vertes Valence (EVVA), filiale du groupe Coriance, spécialiste des réseaux de chaleur et de froid à partir d’énergies renouvelables, de récupération et de cogénération. Ce dernier gère le budget alloué au réseau et à la chaufferie, soit 30 M€ au total (7 M€ ont d’ores et déjà été dépensés).