Le CEA et Urbasolar entament quatre années de tests pour mieux valoriser le solaire

Print Friendly, PDF & Email
(c) Urbasolar

Prévoir la production, adapter la consommation, mesurer l’impact sur le réseau électrique et les services qui peuvent lui être apportés : telle est la vocation de la centrale photovoltaïque de 4,34 MW que le CEA Tech et Urbasolar viennent de mettre en service à Cadarache (Bouches-du-Rhône), dans le cadre d’un partenariat pluriannuel sur la plateforme « Mégasol ». Ce projet financé par Urbasolar vise à faire du photovoltaïque « tout sauf une électricité fatale, intermittente, voire polluante pour le réseau, mais plutôt une énergie prévisible, modulable et stockable », explique Arnaud Mine, président et co-fondateur d’Urbasolar.

D’autres moyens de rentabiliser la production PV

Le programme de R&D est prévu pour quatre ans. Le CEA et le développeur-producteur vont étudier différents scénarios pour développer de nouveaux modèles de vente et de valorisation de la production PV, ainsi que de nouvelles solutions d’intégration au réseau électrique et au paysage. A cette fin, la centrale est liée aux autres plateformes du CEA dédiées au solaire PV, aux batteries et aux smart grids, dont les deux autres parcs développés en partenariat avec Cap Vert et Valeco.

« Aujourd’hui, ...

avec plusieurs facteurs dont la baisse des coûts de production, les producteurs d’électricité se posent la question de la meilleure manière de tirer parti de la production d’électricité sur le plan économique et regardent d’autres types d’investissement que la production d’énergie », explique François Perfezou, responsable du CEA Tech.

Programmes conjoints

La capacité PV de la plateforme « Mégasol » s’élève désormais à 13 MW. Des programmes conjoints sont aussi développés avec l’Institut national de l’énergie solaire (Ines). « L’ensemble des partenariats dans le domaine du solaire va du matériau silicium au système énergétique intelligent en couvrant l’ensemble de chaînes de valeur », ajoute François Perfezou.